Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 19:20

 

    Vivre à nouveau à deux... Saint%20Valentin peynet 1

 

Image du Blog petitemimine.centerblog.net
Plus d'images sur petitemimine.centerblog.net.

 

 

La maison peu à peu sombre dans le silence.

Les choses bien rangées guettent notre retour.

Tous les deux  nous traînons notre propre indolence,

A l’affût d’un appel ou d’un bruit dans la cour.

 

Nous pourrions entamer une conversation,

Echanger, partager, passer du temps ensemble,

Sans avoir à subir la moindre interruption…

Mais le vide en nos cœurs résonne, insoutenable.

 

Vivre à nouveau à deux, oublier les enfants,

Accepter qu’ils s’en aillent emprunter d’autres routes

Et la main dans la main, notre amour triomphant,

Repartir à zéro en oubliant nos doutes.

 

Puisqu’on a su mener à bien notre mission,

Amoureux et comblés, poursuivons notre vie,

Ensemble, nourrissons la très belle ambition

Que d’être un jour tous deux, toi papi, moi mamie.

 

Et la maison alors, manquera de silence,

Tout ce remue-ménage nous prendra de court,

En refermant la porte on comprendra la chance

De n’être plus qu’à deux pour bercer nos vieux jours.

 

 

© Claudie Becques (02/05/2011)

Partager cet article

Repost 0
Published by Clo - dans Poèmes
commenter cet article

commentaires

sido 09/05/2011 09:04



Ce poème me touche. L'image des vieux jours main dans la main est belle, chacun la souhaite : il n'est cepandant pas si aisé, cet apprentissage du vivre à deux, sans le secours du travail, des
enfants à conduire vers leur vie d'adulte et qui s'éloignent de vous un jour. Le vide devient immense et la maison ne retentit pas systématiquement de cris de petits-enfants. On se re-découvre et
quelquefois la surprise est accablante. La solitude à deux, cela existe aussi, malheureusement, et l'on ne l'a pas toujours envisagée. Tableau pessimiste, j'en conviens ( mais réaliste aussi :
que de séparations au moment de la retraite, fait nouveau de société ), mieux vaut donc rester sur la note optimiste des derniers  vers du poème !



Clo 09/05/2011 13:15



Comme vos mots me font plaisir Sido.


Ce poème - comme certains pourraient le croire- ne se veut en aucun cas larmoyant, mais seulement être un témoignage de ce que vous décrivez si bien dans ce commentaire.


Nous travaillons encore tous deux. On vient de marier l'aînée comme le dit la chanson, quand au plus jeune il termine ses études et n'attend que le jour de quitter également la maison.
Les sorties, les vacances ne se font quasiment plus qu'à deux et nous en ressentons à chaque fois un grand vide, et immanquablement on se dit "si il ou elle était là..."


On a juste du mal à penser deux. C'est tout. On y arrivera, comme tout le monde, mais c'est juste l'état d'esprit de ce délicat moment de solitude à deux. 


Je préfère moi aussi rester optimiste et me dire que dans quelques années on ne sera vraiment bien qu'à deux, parce que c'est juste normal que les enfants poursuivent leur route sans nous.


Bien amicalement et merci !!!! Clo



Quichottine 06/05/2011 14:27



C'est un temps merveilleux, sais-tu ?


Mais il faut tout réapprendre, car chaque chose à parfois du mal à trouver sa juste place.


 


J'aime ton poème, Claudie.


 


Il dit si bien ce que j'ai pensé... il n'y a pas si longtemps.


Douce journée à toi.



Clo 06/05/2011 20:13



Je vois que tu as tout compris Quichottine. Oui ce sera merveilleux... Mais que l'apprentissage est difficile ! On n'arrive pas encore à penser 2... On espère toujours amadouer les enfants pour
qu'ils nous accompagnent en vacances, alors qu'ils sont entrain de construire leur propre vie. J'ai repris un travail à temps plein tant je me sentais vieille et perdue le jour où ma fille est
partie suivre l'homme de sa vie... et je regrette maintenant qu'elle nous a annoncé que nous allons être grand-parents. Je voudrais tellement reporter mon trop plein d'amour sur ce
petit bout !  Mon fils de 20 ans peu à peu prend aussi son envol et fais des projets où nous n'entrons pas. On va s'y faire.. mais pour l'instant on a du mal !


Merci de ton passage Quichottine qui me rassure. Bonne soirée. Clo


 



aimela 05/05/2011 09:56



Même si la maison semble vide, vous êtes toujours 2 et puis les enfants viennent  vous voir . ce n'est pas le cas de tout le monde. j'ai vu des hommes ou des femmes complêtement seuls
abandonnés de tous , là est la vraie solitude et malheureusement, elle tue  à petit feu ou très vite si ces personnes ne peuvent plus la supporter



Clo 06/05/2011 19:58



Oh ! Je ne me plains pas Aimela... Je veux juste essayer d'expliquer avec ce poème qu'au début on était super bien à 2, puis il a fallu penser 3 puis 4... Et que nous avons tout construit, tout
pensé durant plus de vingt ans avec les enfants et qu'il est très difficile de perdre ces habitudes là. Par contre, les plus âgés nous disent "vous verrez, un jour vous direz "ouf!" en refermant
la porte derrière les enfants et les petits enfants, parce que comme dit Solange, il y a un temps pour tout ! Néanmoins je mesure bien toute la chance que j'ai d'être aimée par mon mari et
mes deux enfants qui ne nous oublient pas, mais que la vie emporte peu à peu...



Solange 05/05/2011 01:26



C'est un temps que j'ai presque hâte de découvrir, car je garde maintenant mes petits- enfants que j'adore, mais il y a un âge pour chaque chose.



Clo 06/05/2011 19:51



Justement Solange, c'est pour cette raison que j'ai écrit ce poème car  beaucoup me disent "on a eu notre temps, on se sent bien aussi rien qu'à deux". Faut juste s'habituer... ;)



Babou* 04/05/2011 09:50



C'est simplement magnifique mon amie et si bien illustré. Oh combien il est précieux ce temps passé à deux ensemble pour profiter enfin l'un de l'autre. Dernièrement ma fille est passée nous
voir, un tourbillon est entré dans la maison qui résonnait de ses rires et lorsqu'elle est repartie le vide est resté en suspension un instant comme tu le décris si bien, et puis nous avons
repris notre espace et c'était très bien aussi. Tu sais je mesure vraiment combien c'est sur notre conjoint que l'on peut poser l'épaule dans les coups durs, car les enfants on essaie de les
épargner alors ils ne prennent pas toujours la mesure de ta propre histoire, ils écrivent la leur... Je te souhaite de vivre pleinement ce nouveau temps pour toi et mille bisous pour toi mon
amie.


Bab's*



Clo 04/05/2011 21:54



Ma chère Babou*. Je suis heureuse de te voir venir jusqu'ici. C'est vrai on est là pour les enfants, mais nous devons les laisser vivre leur vie avec toute l'insouciance de leur jeunesse. C'est
juste parfois difficile de penser autrement qu'avec eux...


Mon amie, mes pensées t'accompagnent... Je suis heureuse de voir que ton Doudou est bien attentif à toi. Très grosses bises. Clo