Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 04:47



La chute d'un monde de Daniel JOUX


J’ai cassé mon p'tit cœur

En tombant d'mon nuage…

Mais faut dire qu’à mon âge

On n' joue plus au rêveur !

 

Je me suis cassé l'nez

Au carr'four des chimères

Et des pieds sur la terre,

Refus d' priorité !

 

Je m’suis cassé la tête…

Mes cellules psychologiques

Préconisent – et c’est logique –

D’en parler. Même à vous p’t'êt’ ?

 

Mais j’me suis cassé la voix

.- Satanée loi des séries ! –

Qu’importe, j'vous l’écris !

Surtout qu’c’est plutôt ma voie…

 

Ma plume aussi s’est cassée…

Alors là : tout est foutu,

Faut savoir s’avouer vaincu,

Saluer… et se casser !

 


Claudie Becques (14/11/09)

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 07:46


 



greg h ardeche



Vêtu de ses habits chers à la tradition

Il s’installe aux marchés de toute la région.

Son accent chantonnant nous ramène à la source

A la nature qui nous offre ses ressources.

 

Et ses mains sillonnées..............

 Désolée par respect pour ceux qui l'ont acheté pour lire la suite cliquer sur :Trace recto
 

Claudie Becques (04/11/09)

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 novembre 2009 7 01 /11 /novembre /2009 05:47




Scooby m'a  décerné le prix de l'amitié virtuelle...
Je  l'en remercie et le lui retourne car elle j'ai rarement vu blogueuse plus fidèle et volontaire. 
Pour jouer le jeu,  je l'offre bien sûr à tous mes blogs-amis et en particulier et à :

Aimela
Liedich
L'Abeille
Madine
Petite Elfe
Mélodie

A qui j'offre ce poème, certes une ré-édition, mais quand on aime... on ne compte pas



Vois du Nord !

J'avais écrit sur un papier
Quelques petits mots d'amitié
Le vent du Nord l'a entraîné
Dans sa folle course effrénée

Les entends-tu dans tes volets ?

Je m'inquiète tant pour toi,
Que ....................



Désolée par respect pour ceux qui l'ont acheté pour lire la suite cliquer sur :Trace recto

Claudie Becques (2006)

 

 

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2009 6 31 /10 /octobre /2009 07:02

 

La Communauté
" Ruche de beaux mots "
lance son Défi n° 14
 
Thème : " COMBATS "

Ecrire un texte (en vers ou en prose)
où vous dévoilerez un(des) combat(s)
 que vous avez mené(s),
ou que vous souhaiteriez réaliser...
Combat pour une idée,
contre une maladie,
contre l'injustice...
Depuis qu'une amie m'a un jour raconté
son calvaire qui dura
pendant plus de 15 ans,
 il me tient à coeur de défendre
la cause des femmes
contre la violence conjugale.

Or tandis que j'écrivais ce poème
pour répondre au défi de l'Abeille,
l'actualité faisait justement écho
en annonçant diverses mesures
proposées par le ministère de la justice 
pour aider ces femmes,
et pour lesquelles je me réjouis.
 
http://www.newspress.fr/Communique_FR_221695_611.aspx
     

 


S.O.S.

 

 

Si c’est d’un coup de cœur que naît le grand amour

Il n’est de coups au corps de tolérable un jour ;

Quelque soit la raison de cette divergence

Nulle femme ne doit accepter cette outrance.

 

Il n’est aucune excuse, encor moins la passion

Qui puisse justifier la moindre « correction ».

Vivre seule vaut mieux que mal accompagnée :

Fuir immédiatement qui vous a humiliée.

 

Celui qui frappe un jour, cognera à nouveau

Et le prince charmant se transforme en bourreau.

Réagissez Madame, soyez vaillante et fière

Plutôt que vous soumettre à votre tortionnaire

 

L’amour n’est que douceur, deux êtres en symbiose

Qui ne peut tolérer l’empreinte d’ecchymoses.

Dénoncez et quittez sans le moindre remord

Un compagnon violent… Echappez à la mort !


 

Claudie Becques (31/10/09)

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 12:00

Image Hosted by ImageShack.us
 

Doré comme le soleil de sa très chère terre
Je deviens grâce à toi Joséphine la créole,
Une veuve, une mère, une amante frivole
Qui sut mettre à genou un grand chef militaire.

Tant de lettres d'amour auxquelles je ne réponds,
Ses serments, ses appels, me laissent indifférente ;
Je festoie et m'amuse en compagnie galante
Tandis que lui bataille et gagne des galons.

Du haut de son cheval, je le sens au supplice
Qui s'évanouira bientôt à Malmaison :
Dans le creux de mes bras adieu les trahisons !
Signera de ton encre demain l'Impératrice !

Claudie Becques (03/10/09)


____________________



Quand le vent se repose en PLAINE :


Mon cheval  est fourbu du trop de mes campagnes,

Et mon cœur attristé du manque de ma compagne.

Il me faut lui livrer la force de mon amour,

Et là, tremper ma plume, dans un objet d’atour.

 

Car écrire à la Femme belle comme l’horizon,

Demande pour le bien faire une plume de passion,

Et les pleins et déliés se doivent de  transcrire,

Toute la force ferveur dont mon être soupire.

 

Holà, maîtres de l’art, créez en atelier,

Qui  soit fol émissaire de ma force d’aimer,

Et je veux que le sang qui coulera de l’encre,

 

Me fasse si présent que prête à lever l’ancre,

Ma maîtresse ait l’envie de vivre notre bal.

Ainsi naquit en Plaine l’encrier IMPERIAL.

 

Mais regardez….

liedich
(25/10/09)




Partager cet article
Repost0
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 20:22

C'est une artiste de grand talent,
elle s'appelle Solange
et c'est grand honneur qu'elle me fait
en acceptant de me prêter  ce magnifique tableau
pour illustrer mon dernier poème...
Je l'en remercie du fond du coeur
Clo



Pourquoi l'automne ?

 

Il y a dans les bois tant d'arbres différents,

Des minces et des gros, mais tous tellement grands !

Ils tendent vers les cieux leurs verdoyants feuillages

Fièrement, tout l'été, en triomphant hommage.

 

Mais Dieu reste insensible à toute flatterie,

Et se fâche de voir telle flagornerie ;

Il souffle sa colère en fronçant des nuages

Et répand sa tristesse en longs sanglots de rage.

 

Les modestes sapins aux branches retombantes

Ne sont pas concernés par cette déferlante.

Sous le divin courroux les arbres cramoisis

D'une flambée de honte sont alors saisis.

 

Les géants repentis s'effeuillent en prières,

Font un tapis d'offrandes pour leur mère la terre,

Poussant l'humilité jusqu'à passer l'hiver

En affrontant le froid aussi nus que des vers.

 

Le Créateur ému par cette pénitence,

Leur offre le printemps : une nouvelle chance.

Mais tant que leur mémoire oubliera la leçon

Ils subiront sans fin le cycle des saisons.

 

Claudie Becques (13/10/09)

 

 

 

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 10:50



Il y a dans les bois tant d'arbres différents,

Des minces et des gros, mais tous tellement grands !

Ils tendent vers les cieux leurs verdoyants feuillages

Fièrement, tout l'été, en triomphant hommage.

 

Mais Dieu reste ................

 

Désolée par respect pour ceux qui l'ont acheté pour lire la suite cliquer sur :Trace recto

Claudie Becques (13/10/09)

 

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 05:00

 


Echec à l'innocence de Daniel Joux


Quand le chaud cocon familial
Se déchire en lambeaux de rêves
L'enfant a froid.

Quand le bonheur
Vole en éclats de voix, éclats de verre,
L'enfant ......

 

Désolée par respect pour ceux qui l'ont acheté pour lire la suite cliquer sur :Trace recto

Claudie Becques (03/10/09)


Partager cet article
Repost0
2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 22:00



L'indifférence de Daniel JOUX

Derrière la porte il y a…

L'absence.

Le silence.

 

Derrière la porte il y a…

L'incompréhension.

La désillusion.

 

Derrière la porte il y a…

La souffrance.

La déchéance.

 

Derrière la porte il y a…

La mort.

 

Devant la porte il y a…

L'indifférence.

 


Claudie Becques (01/10/09)

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 10:56




Ce soir ma plume est très en verve

Capable de toute folie

Ce soir je sors de ma réserve

Pas question de mélancolie

 

Dussé-je être dithyrambique

En te qualifiant de star

Sur ton encre, métaphorique,

En parlant de "divin nectar".

 

Le marbre rosit de plaisir

Sous ton éclat et mon émoi,

L'intarissable soif d'écrire

Qui s'empare soudain de moi.

J'ai envie de chanter la terre
La joie de vivre et le soleil,
Aux poètes, lever mon verre,
Bénissant le jus de la treille.

Et quand trop ivre à l'aube claire
Bacchus alors me laissera,
Je dédierai mon dernier vers
A Morphée qui m'accueillera.

 

 

Claudie Becques (25/09/09)

____________________________________



Mon encre est le nectar que je puise à ton coeur,
Que je bois à tes yeux qui chantent mon bonheur,
Que je goutte à ta bouche telle la source limpide,
Et qui coule en mon être et ma plume intrépide.

Je n'ai que mots d'amour à poser au vélin,
Et courrent mes arabesques en mille déliés et pleins,
je ne suis que l'amour que tu offres à ma veine
Et n'ai d'autre dessein que t'honorer, Ô Reine.

Quant tari, mon breuvage, sera au fil de l'âge,
j'inventerai parfum qui ne sera plus sage,
Toujours, je t 'offrirai le suc du sentiment.

Et qu'importe la vie et son trop dur tourment,
En moi gronde la verve, je suis un fou  aimant,
Je brille de ton seul être, Ivre, au rai ENIVRANT.

A ma Plaine,
liedich


(29/09/09)
 

 

Partager cet article
Repost0