Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 22:28

marais-audo.jpg

 

 

Quand l'hiver s'évapore aux rayons du printemps
Il flotte sur les jours un doux parfum de vie
Eclosent dans les cœurs les bourgeons de l'envie,
L'espoir remonte enfin la pendule du temps.

Les arbres et les toits se font soudain chantants,
De notre âme s'enfuit toute mélancolie
Pour vivre intensément une douce folie
Qui hibernait en nous depuis bien trop longtemps.

On délaisse au placard sa mine renfrognée,
On accorde à son corps une attention soignée,
On s'aère l'esprit et vire le cafard.

On rêve d'avancer et de plaisir fugace,
De poser ses soucis, faire preuve d'audace,
En offrant au soleil son pauvre teint blafard.

 

Claudie Becques

Repost 0
Published by Clo - dans Poèmes
commenter cet article
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 01:34

 

printemps des poetes 2011

 

A l'occasion du Printemps des Poètes, j'ai décidé de mettre en ligne des extraits de la vidéo de l'après-midi poétique qui a eu lieu à l'occasion de ART'SPORT à l'hôtel de ville de SAINT-OMER.

 

Cet évènement où se côtoyaient toutes les formes d'art (peinture, sculptures,créations diverses et... sport) était organisé par Marc LEMAIRE, qui m'avait offert la possibilité de faire découvrir ma poésie aux audomarois (habitants de Saint-Omer 62500) en novembre 2008.

 

Je me sentais incapable de les lire moi-même, aussi demanda-t-il à Benoît MEENS et surtout Bruno FOUCAUT, de le faire à ma place.

 

Néanmoins certains ne pouvant être dits que par une femme, il m'a semblé indispensable de prendre sur moi.

 

C'est donc la voix brisée par l'émotion et le trac que j'ai relevé le défi, et je dois bien l'avouer ce fut une expérience inoubliable.

 

Je ne remercierai jamais assez Marc, Benoît et Bruno, de m'avoir fait cet honneur.

 

Claudie.

 

 

Voici le premier : Fille du Nord.

 

Repost 0
Published by Clo - dans Poèmes
commenter cet article
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 07:25

Réédition...



Cinq heures du matin

Première lueurs du jour

Entendre dans le lointain

D’un coucou, le bonjour

 

Et rêver de forêts,

Dans une douce torpeur,

De lacs et de marais,

Paysages enchanteurs.

 

Cinq heures trente du matin

Piaillement des mouettes

Survolant le bassin,

De poissonnaille en quête

 

Et rêver de la mer

Dans le creux de mes draps

De sable et de grand air,

De vacances et de Râ.

 

Six heures du matin

Roucoule une tourterelle ;

L’esprit se fait mutin,

C’est l’amour qui appelle

 

M’envoler dans tes bras,

Vers d’autres paysages,

A bord du matelas

S’en aller en voyage.

 

Six heures trente du matin

Hurlement du réveil

Revient l’esprit chagrin

Et l’envie de sommeil.

 

 

Claudie Becques (Juillet 2005)

Repost 0
Published by Clo - dans Poèmes
commenter cet article
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 23:59

Une petite anadiplose ? 

 

  

  

l-espoir-decu-de-Daniel-JOUX.jpg

 

L'espoir déçu de Daniel JOUX

 

 

 

Je me souviens de tout
Tous ces moments passés,
C'était tellement bien !
Bienheureux nous étions...
On se foutait de tout,
Tout n'était que bonheur,
Heures de douce insouciance,
Se dire qu'on s'aimait...
Mais puisque rien ne dure,
Dure réalité,
T'es parti(e) me laissant
Sans un cri, sans un mot.
Maudit soit ce jour où,
Où tu m'as mis(e) hors jeu.

 

 

Claudie Becques (mai 2008)

 

(L'anadiplose (substantif féminin), du grec ana ("de nouveau") et diploos ("double") est une figure de style consistant en la reprise du dernier mot d'une proposition à l'initiale de la proposition qui suit, afin de marquer la liaison entre les deux. La répétition du mot forme un enchaînement qui permet d'accentuer l'idée ou le mot - Définition wikipédia) 

Repost 0
Published by Clo - dans Poèmes
commenter cet article
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 23:35

 

 

105-Antalya.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand le ciel est serein, on oublie trop souvent

Que les nuages noirs arrivent en cortège.

L’attaque du premier par un vil sortilège

N’est que broutille face à chacun des suivants.

 

Choisissant sa victime aléatoirement,

Le destin souffle sur cet infâme équipage,

Qui déferle sur elle pour un odieux lynchage,

Avant de repartir tout aussi brusquement.

 

Se relever alors, meurtri, brinquebalant.

Constater les dégâts et s’armer de courage.

Reconstruire en plus dur, pour le prochain orage…

Et sourire à la vie, encore, bon an, mal an.

 

 

Claudie Becques (12/02/2011)

 

Repost 0
Published by Clo - dans Poèmes
commenter cet article
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 06:00

   

 

   

            berck8.jpg     

                   Fille du Nord


 

Je suis fille du Nord, une Ch’ti comme on dit,
La tête dans les nuages et le cœur sur la main ;
J’ai en moi la fierté des gens de mon pays,
La force des gueules noires et des vaillants marins.

A quelques enjambées du plat pays de Brel,
Seulement quelques brasses des côtes anglaises,
Je vis près des marais et espaces naturels,
Entourée de forêts, étangs, mers et falaises.

Et si quelques blockhaus parsèment le paysage,
C’est pour que la mémoire se rappelle les blessures
Infligées par les guerres qui firent grand ravage,
Laissant dans les familles tant de meurtrissures.

Alors pour oublier, la bière coule à flot,
On fait des carnavals et on sort les géants,
Chantant d’une seule voix on se croit tous égaux,
Chez nous pour faire la fête on est toujours partant.

De grandes braderies investissent les villes
Jour et nuit ça marchande et c’est même cohue,
Et cette tradition qu’on n’observe qu’à Lille
Des coquilles de moules, empilées dans les rues.

Bien sûr que notre accent écrase le français,
Mais si l’on parle vite et qu’on mange nos mots,
C’est pour vous en dire plus et vous faire renoncer,
Avant de nous connaître, à repartir trop tôt.

Le vent du Nord qui souffle, fait tourner les moulins
Et les éoliennes de notre littoral,
Mais qui sait écouter entend dans le lointain
Que les gouttes de pluie font tinter le cristal.

Je suis fille du Nord, l’Aa coule dans mes veines
L’amour de ma région fait palpiter mon cœur,
Tant pis si les nuages déploient leur longue traîne,
Le soleil chaque jour brille dans mes yeux rêveurs.

 

 

 Claudie Becques.

 

Vous pouvez retrouver ce poème dans :Trace recto



Repost 0
Published by Claudie Becques - dans Poèmes
commenter cet article
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 09:00

Petit déjeuner à côté de la radio qui relate ce fait absolument révoltant :

Gers : Cindy a quitté sa famille d'accueil brutalement

Alors qu'elle devait rejoindre sa nouvelle famille d'accueil demain, la fillette a été brutalement retirée à Séverine et François Boyer, sans même le temps de se dire au revoir.

 

http://www.sudouest.fr/2011/02/03/cindy-a-quitte-sa-famille-d-accueil-brutalement-308057-648.php

 

 

Je réédite donc un poème écrit il y a plusieurs années après avoir entendu un cas similaire.

Je reconnais qu'il a peu de valeur littéraire,

mais je me souviens très bien de l'émotion ressentie ce jour là qui a guidé ma plume,

alors je ne le renie pas.

 

Claudie.

 

 La chute d'un monde de Daniel Joux



Renié par mes parents,
Vous m'avez braves gens,
Donné pour quatre années
Une maman à aimer.

Nous on s'entendait bien.
Je ne manquais de rien :
Je buvais, je mangeais,
J'avais plein de jouets.

Elle a soigné mes fièvres
Et elle berçait mes rêves.
Quel péché ai-je commis
Pour qu'on change ma vie ?

Vous parlez d'une chance,
Vous brisez mon enfance :
Celle qui m'a tout donné,
Il me faut l'oublier.

Je ne suis qu'un enfant,
Vos histoires de grands,
Moi, je n'y comprend rien ;
Je sais que j'étais bien.

Moi qui suis si petit,
Vous bouleversez ma vie.
Vous me parlez bonheur
Mais vous cassez mon cœur.

Non, je ne savais pas
Qu'il y avait ici bas
Trois sortes de maman :

Celle qui fait les enfants
Celle qui prête sa maison
Et celle qui donne son nom.


Claudie Becques (1988)

Repost 0
Published by Clo - dans Poèmes
commenter cet article
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 18:41

Dimanche 28 novembre 2010 :

INFO PROVENCE-ALPES

Marseille : première victime du froid

Par Ghislaine MILLIET, avec AFP   :

 

Le froid est sans doute en cause dans le décès d'une femme retrouvée sans vie hier après-midi dans le centre ville

Une femme d'une trentaine d'années, a été retrouvée morte dans le hall d'un immeuble du 1er arrondissement. Le froid est sans doute l'une des causes du décès.

 

Selon des habitants de l'immeuble, son aspect vestimentaire ne donnait pas à penser à une SDF.

La victime était inconnue du quartier et même du Samu social.

"Il appartient à l'enquête à venir de déterminer les circonstances exactes du
décès de cette malheureuse. On peut imaginer un mauvais état général mais c'est
sûr que le froid est un facteur aggravant", avait déclaré hier René Giancarli, président du Samu social à Marseille.

Une autopsie du corps doit être pratiquée demain.

Les personnes démunies sont de plus en plus nombreuses par ces temps de crise, et le froid les fragilise encore plus. Le Samu social tente de les réperer dans la rue, mais l'aide de tous est largement sollicitée. Il suffit de composer le numéro 115 pour avertir les services d'urgence sociale.

 

sdf-vague-de-froid_47.jpg

 

Ils vivent dans les bois sous une simple tente,
Gros investissement pour qui n'a plus d'emploi,
Bien frêle habitation, un semblant de chez-soi
Pour abriter l'espoir de remonter la pente.

Ultime solution quand on n'a plus de rente
Mais s'offrir le luxe de s'accorder le choix
De demeurer libre quitte à mourir de froid
Et d'être réveillé par un oiseau qui chante.

Les pièges forestiers sont bien moins dangereux
Que la promiscuité des autres malheureux
Au sein de ces foyers qui pallient à l'urgence.

Si la soupe ou le lit réchauffe un peu le cœur
Se voir jeter dehors à première lueur
Fait à leur dignité la plus cruelle offense.

 

Claudie Becques (08/12/2008)

 

 

 

"Je veux que d'ici à deux ans plus personne ne soit obligé de dormir sur le trottoir et d'y mourir de froid". Non, cette citation ne vient pas d'Augustin Legrand, porte-parole des Enfants de Don Quichotte, mais de Nicolas Sarkozy en personne.

Le 18 décembre 2006, Nicolas Sarkozy, alors candidat à l'élection présidentielle, est à Charleville-Mézières pour un meeting sur le thème de "la France qui souffre".

Devant un parterre de 4000 sympathisants, il scande : "l'hébergement est une obligation humaine. [...] si on n'est plus choqué quand quelqu'un n'a plus de toit et qu'il fait froid dehors c'est tout l'équilibre de la société ou vous voulez que vos enfants vivent en paix qui sera remise en cause." Et s'engage solennellement à l'objectif ambitieux du "zéro SDF" d'ici deux ans.

 

 

Repost 0
Published by Clo - dans Poèmes
commenter cet article
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 23:00

 

25092010-025.JPG      25092010-023.JPG

 

C’est un endroit tranquille

A l’écart de la ville.

On n’imagine pas

Paris, presque à deux pas…

 

D’abord l’entrée pavée,

Le portail délavé

Au creux de grands murs blancs

Et quelques fleurs devant.

 

Passer alors la porte,

Les platanes en escorte,

Prendre l’allée centrale

En face du mémorial.

 

Quelques petits oiseaux

Veillent sur le repos

De tous les pensionnaires

Du petit cimetière.

 

Ma mémoire est intacte :

Je sais l’endroit exact

De cette sépulture

Qui rouvre ma blessure.

 

Sur le marbre, en doré,

Ton nom me fait pleurer…

Pour nous tu n’es pas mort ;

En nous tu vis encore.

 

 ©  Claudie Becques (15/10/2010)

_______________________________ 

 

Il s'appelait José, c'était mon frère, il aurait aujourd'hui 56 ans

jose11_2001.jpg 

Repost 0
Published by Clo - dans Poèmes
commenter cet article
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 20:38

 

diamant-2

 

Nul autre symbole que l’éclat du diamant

Ne peut mieux définir pour nous, vos descendants,

Ce que nous ressentons face à ce bel exemple

D’amour, de vie et de valeurs de votre couple.

 

Soixante ans de passion contre vents et marées

Valent bien largement de se voir comparées

A cette gemme qu’on dit être inébranlable,

Comme l’est votre union sans acte inavouable.

 

La richesse du cœur qui vous donne une aura

Ne peut, pour nous, trouver son pareil en carats

Car telles sont vos lois : courage et modestie

Pour suffire au bonheur tout au long de la vie ;

 

Si pures sont ces lignes tracées par vos soins,

Et qui jour après jour nous entrainent plus loin.

Vous êtes à tout jamais pour nous la référence,

De  l’existence vraie. Vous êtes… l’Espérance !

 

Vous êtes nos diamants scintillants et précieux

Et puisque la pudeur nous rend tous silencieux,

Ce jour d’anniversaire valait bien un poème,

Pour dire au nom de tous, simplement « on vous aime »

 

 

Claudie Becques (12/10/2010)

 ____________________________

Poème pour mes parents qui fêteront à Noël (le 23/12/2010 exactement) leurs 60 ans de mariage

haTABLE-105.JPG

Repost 0
Published by Clo - dans Poèmes
commenter cet article