Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 19:43

fete-meres.gif

 

 

Toi, qui me portas en ton ventre,

Toi, qui me nourris de ton sein,

Toi, qui veillas mes nuits,

Toi ,qui soignas mes maux,

Toi ,qui berças mes peines,

Toi, qui me fis l’adulte que je suis,

Toi, qui es fière de moi,

Toi, qui t’inquiètes pour moi…

Et moi…

Qui ne sais même pas te dire

« Je t’aime ».

 

Claudie Becques (23/05/2012)

Partager cet article
Repost0
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 22:00

1er mai 5

 

 

Ce ne sont que quelques clochettes

Que j’ai cueillies dans mon jardin,

Rien que quelques simples fleurettes

Fraîchement coupées ce matin ;

 

Elles n’ont nulle autre valeur

Que l’affection que je te porte,

Que le symbole du bonheur

Que j’espère qu’elles t’apportent.

 

Je n’ai trouvé que cet emblème

D’un modeste brin de muguet,

Pour te dire combien je t’aime

Et que tu rends ma vie plus gaie.

 

 

© Claudie Becques (29/04/2011)

Partager cet article
Repost0
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 19:44

bb.jpg

 

Mon bébé, mon enfant, mon amour,

Ne crains pas que s’éteigne le jour !

Si la nuit déploie sa toile noire

C’est pour y projeter des histoires.

La lune braque son projecteur

Et dans son beau faisceau protecteur,

Peuvent enfin naître tes doux rêves

Jusqu’au moment où l’aube se lève.

 

Mon bébé, mon enfant, mon amour,

Ne crains pas que s’éteigne le jour !

Au théâtre de l’imaginaire

Sous le fin velours de tes paupières,

De ta subconsciente inspiration,

La nuit fait sa représentation,

Qui, bientôt, te paraîtra trop brève ;

Tu regretteras qu’elle s’achève.

 

Mon bébé, mon enfant, mon amour,

Ne crains pas que s’éteigne le jour !

 

Mon bébé, n’aie pas peur de la nuit !

Mon enfant, elle est belle la nuit !

Mon amour, la nuit est ton amie.

 

 

Claudie Becques (10/04/2012)

Partager cet article
Repost0
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 07:00

(acrostiche)






Souvenez-vous qu'à l'heure de l'appel charnel,
Omettre de se protéger est inconscience ;
Rien ne peut réparer la moindre négligence.
Tueurs sont les dogmatiques prêcheurs
Effroyablement hors du temps, qui par
Zèle ou bêtise, condamnent des innocents.

Chacun d'entre nous est à la même enseigne
Oubliez ces paroles culpabilisantes.
Unanimes sont les voix de nos médecins,
Votre vie en dépend, surtout préservez-vous !
Et seulement, à l'heure où viendra la sagesse, que de
Rester fidèles sera une évidence, après un
Test vous pourrez alors, délivrés de toute peur,
Savourer votre amour sans le préservatif.


Claudie Becques (20/03/09)



Partager cet article
Repost0
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 10:21

litterrances web

 

Litterrances

 

Loi du hasard et jour de chance

Main tendue de la Providence

Au-delà de mes espérances,

L’embellie de mon existence.

 

Album d’images de l’enfance

Ou de l’âme, la délivrance

Dépôt d’aveux, de confidences

Soulagement de la conscience

 

Magie des mots sur la souffrance

Façon de rompre le silence

Se permettre quelque indécence

Aux limites de l’impudence

 

Permission de toute insolence

Ainsi que quelque extravagance

Eprouver une joie immense

De laisser cours à ses errances.

 

Lieu d’échange et de connivence

Dans le respect des différences

Et avec beaucoup d’indulgence

Ce n’est rien que ça « Litterrances ».

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 23:00

 

25092010-025.JPG      25092010-023.JPG

 

C’est un endroit tranquille

A l’écart de la ville.

On n’imagine pas

Paris, presque à deux pas…

 

D’abord l’entrée pavée,

Le portail délavé

Au creux de grands murs blancs

Et quelques fleurs devant.

 

Passer alors la porte,

Les platanes en escorte,

Prendre l’allée centrale

En face du mémorial.

 

Quelques petits oiseaux

Veillent sur le repos

De tous les pensionnaires

Du petit cimetière.

 

Ma mémoire est intacte :

Je sais l’endroit exact

De cette sépulture

Qui rouvre ma blessure.

 

Sur le marbre, en doré,

Ton nom me fait pleurer…

Pour nous tu n’es pas mort ;

En nous tu vis encore.

 

 ©  Claudie Becques (15/10/2010)

_______________________________ 

 

Il s'appelait José, c'était mon frère, il aurait aujourd'hui 57 ans

jose11_2001.jpg 

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 19:44

Genese_jpg-203.jpg

 

 http://daniel.joux.pagesperso-orange.fr/images/Genese.jpg%203.jpg

 

Je croyais être en vie,
Mais ce n'est seulement
Que lorsque je te vis,
Que je le fus vraiment.

A l'azur de tes yeux,
J'ai dessiné mon ciel
A ton sourire radieux,
Mon soleil essentiel.

Ma peau n'a point de cesse
De réclamer tes mains
Et leur douce caresse
Du soir au matin.

Tu es mon oxygène,
Ma force, mon espoir,
Le sang dedans mes veines,
Mon but et ma mémoire.

Chrysalide j'étais,
Papillon tu me fis.
Femme s'est envolée...
Et l'amante naquit.



- Claudie Becques (09/2011) -

 

http://www.poesieetcitationsdamour.com/PoemeDAmour158.html

Partager cet article
Repost0
10 août 2011 3 10 /08 /août /2011 16:35

 

grand-mer--1-.jpg

 

Je n’ai pas de chignon

Ni de binocles ronds,

Je n’fais pas de chaussons

En laine ou en coton…

Non ! Non !

 

J’fais pas du bon café.

Pas d’Titi, Gros Minet.

J’ai pas de cheminée,

Et j’aime pas tricoter…

Et ouais !

 

J’prépare pas d’confitures,

Je suis nulle en peinture,

Je suis pas très mature,

Parfois même, je jure…

C’est sûr !

 

Tu vois je sais rien faire,

Je n’suis pas une affaire,

Mais je s’rai pour te plaire

Une gentille grand-mère.

C’est clair !

 

 

 

Claudie Becques

(10/08/2011)

Partager cet article
Repost0
10 août 2011 3 10 /08 /août /2011 16:09

AnneGeddes_Wallpaper1280_44-1-.jpg

 

 

Du fond de ta bulle d’Amour,

Au creux du ventre de ta mère,

Tu lui délivres chaque jour,

Quelques bribes de ton mystère.

 

Tu toques à petits coups de pieds,

Pour qu’elle sente ta présence,

Et qu’elle ne puisse oublier

Que d’être mère, est une chance.

 

Et puis tu te dévoiles enfin,

L’avenir se dessine en rose,

De toi, on parle au féminin

Et la vie se métamorphose.

 

Voilà le temps qui s’accélère,

Et qui se traîne en même temps…

Ce n’est pas une mince affaire,

Que d’apprendre à être parents !

 

 

Petite fleur avant d’éclore,

De ton univers de douceur,

Profite quelques mois encore,

Reste blottie contre son cœur !         

 

 

Claudie Becques

(10/08/11)

           

 

Partager cet article
Repost0
1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 17:48

chaumiere-huile-de-Jukes-Dupre.jpg

 

J’étais tranquille, peinard

Dans ma maisonnette

Lieu-dit « Le Bout »

Le bout de quoi ?

Le bout du hameau…

Tout au bout de la petite commune rurale.

 

Et puis ils sont venus

Dans leur automobile

Ils ont voulu des écoles

Ils ont ouvert une épicerie

Ils ont goudronné l’allée de terre…

On est devenu un village.

 

Ils ont construit des usines,

Une zone commerciale,

Ils ont  creusé nos champs,

Rebouché nos fossés

Pour faire des rocades,

Des buildings où ils nous ont agglomérés…

On est devenu une ville.

 

J’aimerais être tranquille, peinard !

Mais ils ont rasé ma maisonnette

Et maintenant je suis à bout…  au bout.

Au bout de quoi ?

Au bout de ma vie…

Si seul dans ma chambre…

De la maison de retraite.

 

 

Claudie Becques (19/08/2011)

Partager cet article
Repost0