Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 mai 2008 5 16 /05 /mai /2008 05:30

bucher.jpg


Ca aurait du être autrement,
Comme entre adultes intelligents
Mais tu te l'as joué macho
Pour mieux satisfaire ton ego.


Tu m'as salie, blessée, meurtrie,
Humiliée, dénoncée, trahie,
Et porté en place publique
Nos différents, nos heurts, nos piques.


Tu as érigé un bûcher
Et de ton doigt m'a désignée 
En gueulant "sus à la sorcière"
Moi, ton alliée de l'heure première.


Aujourd'hui, tu me tends la main
Sourire aux lèvres et yeux de chien,
Tu dis que tout est oublié…
Mais moi je ne pourrai jamais.


Pas un seul philtre en mes grimoires,
Pour effacer de ma mémoire,
Les coups au cœur, les bleus à l'âme,
Et les coups bas aussi infâmes.


Je ne pourrai jamais renier
Ce qui fut beau, sincère et vrai,
Mais en cendres tu as réduit
La confiance qui nous unit.



Claudie Becques (11/03/08)

Repost 0
Published by Claudie Becques - dans Poèmes
commenter cet article
15 mai 2008 4 15 /05 /mai /2008 12:50

 




    
L'Abeille50
via
La Communauté
 

lance son Défi
n° 10

Ecrire une fable où les animaux sont les héros. 

 




Fable d’après une histoire originaire du Kenya


Il y a très longtemps, en des contrées lointaines,
Messire l’éléphant dit au Dieu de la pluie :
- "Vous êtes satisfait, face à ces beaux domaines
Tous couverts de verdure et de feuillus garnis,
Mais je puis arracher cette herbe si je veux,
Les arbres et buissons ne résisteront pas.
Que pourriez-vous y faire ?" défia-t-il belliqueux
- Je stopperai les pluies, plus rien .............
Désolée par respect pour ceux qui l'ont acheté pour lire la suite cliquer sur :Trace recto

Claudie Becques
Repost 0
Published by Claudie Becques - dans Poèmes
commenter cet article
14 mai 2008 3 14 /05 /mai /2008 07:30

cirque.jpg

Il attrape les consonnes et saisit les voyelles
Il les jette dans les airs et les fait tournoyer
Jusqu’à ce que ces lettres forment enfin entre elles
L’exploit d’un jeu de mots cadencé par des pieds.
 


A partir d’une simple feuille de papier blanc
Il crée ...

 

Désolée par respect pour ceux qui l'ont acheté pour lire la suite cliquer sur :Trace recto



Claudie Becques

 

Repost 0
Published by Claudie Becques - dans Poèmes
commenter cet article
14 mai 2008 3 14 /05 /mai /2008 07:30

aimer2.jpg

Lorsque j’étais petite, j’étais persuadée
Qu’il était impossible que je puisse aimer
Un jour, quelqu’un d’autre, que mon père et ma mère ;
Que je puisse les quitter, ça ne pouvait se faire ! 

Et je l’ai rencontré, je n’ai pas réfléchi,
Je l’ai tout de suite aimé, alors je l’ai suivi.
J’ai appris cet amour qui était différent,
Qui n’enleva rien à, celui de mes parents.

Lorsque j’avais vingt ans, j’étais persuadée,
Qu’il était impossible que je puisse aimer
Un jour quelqu’un d’autre, .....................

Désolée par respect pour ceux qui l'ont acheté pour lire la suite cliquer sur :Trace recto

 

Claudie Becques

 

Repost 0
Published by Claudie Becques - dans Poèmes
commenter cet article
13 mai 2008 2 13 /05 /mai /2008 15:39

A ma fille...
Je n'oublierai jamais cet instant merveilleux

Où tu es apparue pour la première fois.
Tant d'Amour, de fierté se lisaient dans ses yeux,
Que j'oubliais qu'en moi, soudain il faisait froid.


Tu poussais dans ma chair, mais tu avais son sang,
Tu délaissais mon ventre, pour faire sa connaissance ;
Je te perdais un peu, mais lui à cet instant
Comprenait que sa vie prenait un autre sens.

 
Qu'il désirait un fils il ne se souvenait plus,
Tu t'imposais à lui, il ne t'en voulait pas.
Il ne me disait rien, il était si ému,
Il grandissait d'un coup : il devenait papa !

 

Dans tes petites mains, reposent nos deux vies,
Et dans ton petit corps, palpite notre Amour.
J'attends tellement de toi, et en silence je prie,
Pour que tout près de lui, je reste pour toujours



Claudie Becques (17/01/86)

Repost 0
Published by Clo - dans Poèmes
commenter cet article
13 mai 2008 2 13 /05 /mai /2008 14:25


D’une ondée de souvenirs

S’échappent mes soupirs

                        

          

Aux rayons de l’amour,

Me suis brûlée un jour

 

 

L’orage en un éclair

Foudroie mon univers

 

 

La pluie sur les carreaux

Me berce de ses sanglots

 

 

Le vent dans les volets

Fait claquer mes pensées

 

 

Dedans mon cœur gelé

Hiberne mon passé

 

 

Sur le sol enneigé

Se perdent les années



Claudie Becques (1988)

Repost 0
Published by Clo - dans Poèmes
commenter cet article
9 mai 2008 5 09 /05 /mai /2008 17:29


Il suffirait pourtant de faire ce numéro

Pour pouvoir réentendre ta voix de nouveau.

Devant mon téléphone, il m'arrive de penser

A toutes ces questions que j'aimerais te poser :

Est-ce que tu es heureux ? Peut-être es-tu marié ?

Tu aimais les enfants, en as-tu donc à toi ?

Est-ce que de temps en temps, tu te souviens de moi ?

Es-tu devenu fidèle, finalement en amour ?

Ou des joies de la vie t'enivres -tu toujours ?

Ecoutes-tu mes disques ? Aimes-tu toujours danser ?

Retournes-tu parfois où l'on s'est rencontré ?

Le football te passionne-t-il toujours autant ?

As-tu les mêmes copains ? Vois-tu les mêmes gens ?

Passes-tu tes vacances encore à la Rochelle ?

Qu'as-tu fait de ta vie ? Est-elle vraiment belle ?

Mais j'ai peur des réponses que tu pourrais me faire,

Et comme je ne pourrais pas retourner en arrière,

Je préfère penser, qu'il n'y a plus d'abonné

Au numéro que je n'oserais jamais appeler.

Claudie Becques (23/02/88)

Repost 0
Published by Clo - dans Poèmes
commenter cet article
5 mai 2008 1 05 /05 /mai /2008 16:51


(poème écrit après lecture de  "Ces Dames au chapeaux verts" de Germaine Acremant, un roman dont l'histoire se passe à Saint-Omer - 62)




Les vieilles filles d’antan
Ne connurent jamais d’amants :
Certaines trop ambitieuses
Aspiraient à vie luxueuse ;

D’autres qui cherchaient le renom,
N’ont pas non plus changé de nom ;
Celles qui, fiancées à Dieu,
..................

  

 

Désolée par respect pour ceux qui l'ont acheté pour lire la suite cliquer sur :Trace recto



Claudie Becques


Repost 0
Published by Clo - dans Poèmes
commenter cet article
2 mai 2008 5 02 /05 /mai /2008 15:11
"Et plus, les années passent,
Plus tu prends de place
Dans cet univers
Que j’ai fait pour toi
C’est un face à face
Qui dure depuis longtemps déjà....
Vieillir ensemble
Parfois il me semble,
Que c’est court une vie
Quand on veut
Vieillir ensemble
Dans ce monde qui tremble ..."

Chanson de D. GUICHARD






Et si tout comme avant, on se prenait la main ?
Tu sais, un quart de siècle, c’est loin d’être rien !
Pourtant auprès de toi, je me sens encore bien,
Alors confiants, tous deux, regardons vers demain.

Bien sûr le mariage, on sait que c’est pour la vie,
Mais pourtant reconnais que c’était un pari,
Et que même certains jours, çà relevait du défi.
On peut être fiers de nous : on s’en est bien sortis !


La vraie valeur tu sais, de ces Noces d’Argent
Ce sont les deux joyaux dont nous sommes les parents,
Qui comblent notre union, et que l’on aime tant.


Il nous reste du temps pour bien en profiter
En tout cas, comme on dit "tant qu’on a la santé" ;
Je te parie de l’Or sur nos futures années.



Claudie Becques (30/08/2005)

Repost 0
Published by Clo - dans Poèmes
commenter cet article
29 avril 2008 2 29 /04 /avril /2008 15:01







Bien sûr que ces mots là
Tu ne les liras pas...
Dommage parce que tu vois,
Ce que tu es pour moi
Tu ne le sauras pas.

Dire des mots d’amour,
Susurrer des toujours,
Faire de longs discours
Avec des yeux velours...
Je crains d’être trop lourd.

Alors au fond du cœur,
Enfoui sous ma pudeur,
Je cache ma ferveur,
Discret admirateur.
C’est sans doute une erreur...

Tu es mon oxygène
Et le sang de mes veines,
Mon souffle, ma fontaine,
Mon bonheur, mon aubaine
Je t’aime... Je t’aime...

Personne ne pourra
T’adorer plus que moi
Mais... Je ne parle pas,
Et toi, tu ne lis pas...
C’est pas simple tu vois.


Claudie Becques (19/02/07)
Repost 0
Published by Clo - dans Poèmes
commenter cet article