Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 22:00


Désolée je n'ai toujours pas le temps d'écrire à nouveau...
Mais je crois que vous comprendrez pourquoi : 

J_ai-RDV-AVEC-VOUS.jpg
                        Trace recto        Trace verso

Repost 0
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 13:57

printemps poetes 2010PRINTEMPS-POETES2010.jpg
Repost 0
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 15:45

printemps-poetes-2010.jpg

Du 8 au 21 mars 2010 aura lieu le 12ème printemps des Poètes.

Beaucoup de manifestations se dérouleront dans nos communes pour fêter l'évènement,
par des ateliers de lecture ou d'écriture.

J'aurai personnellement la chance de participer le samedi 13 mars 2010 à 14 heures
à celui qu'organise la médiathèque de ma ville d' ARQUES (62)
et qui m'offre, à cette occasion,
la possibilité de promouvoir mon recueil de poésie "Trace".

PRINTEMPS-POETES.jpg


http://www.bm-arques.fr/bm-arques.fr/

Repost 0
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 20:43


032 Maya - 4 mois - (Vanessa's cat)


Raymond Bergerot, le poète inconnu dont le nom s'éperdue,
est le promoteur d'un ouvrage à paraître courant mai 2010
au profit des SPA et des refuges
ou organisations privilégiant l'accueil des chats
et prenant en charge "les  Chats Libres"
qui souhaiteraient bénéficier de cette intitiative.

Il lance un appel 
à tous les POETES VIVANTS (français ou francophones)
pour proposer une de leurs oeuvres en vue de participer à la sélection des
Meilleurs poèmes et textes poétiques et  figurer de cet ouvrage :
" LE CHAT DANS LA VRAIE VIE"
ainsi qu'au talent des Peintres et photographes pour l'illuminer,

au nom de "Les Amis de PIMPIN, le chat poète assassiné" 
virgilealiasPIMPIN@gmail.com  09 54 62 89 70
et de l'Association AZ'édition
azaide@free.fr

Vous trouverez ci-dessous l'affiche :


Pimpin.jpg


Demandez sans tarder les modalités et conditions de participation à :
azaide@free.fr

et signalez que
Clo de Litterrances
vous a guidé jusqu'à lui !

A vos plumes, pinceaux ou appareils photos !






Repost 0
20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 22:27
19 février 2010 :   disparition brutale de  Papabul, de son vrai nom Frédéric Bulté.

Il était mon ami de plume, rencontré sur un site d'écriture.

Nos chemins s'étaient séparés depuis plusieurs mois mais au fond de nos coeurs nous gardions le merveilleux souvenirs d'échanges et de profond respect.

Je suis très triste et tenais à rendre hommage à cet homme au grand coeur comme j'en ai rarement rencontré.

papabul




Godfordum Frédéric...

Quelle mauvaise farce tu nous fais !

Nous devions déjeuner en famille au printemps disais-tu...


Si je devais te résumer en un seul mot je dirai "générosité".


Comment oublier que tu as fait pour moi 180 km rien que pour venir me soutenir lors de mon animation dans ma commune pour défendre la cause de la Plume et l’Encrier, entrainant dans ton sillage les deux benjamines de l’Assocation.


Tu brisais ainsi la froideur du virtuel, pour te présenter à moi, timide, gêné... ton petit chien dans les bras, ton chapeau sur la tête avec sa petite plume.

Pas évident de se parler les yeux dans les yeux, alors que nous étions confidents sur le net.

Tu étais déçu que peu de monde se soit déplacé, toi le Bruxellois et moi la petite Ch’ti dans mon bled perdu que tu as eu tant de mal à trouver...

Nous y croyions tellement tous les deux !

La cause nous paraissait juste et noble : défendre la langue française ! Rien que ça !


Nous avions ce point commun que d’avoir la tête dans les nuages...
Sans doute un peu à cause de notre ciel si bas...


Nous partagions encore les mêmes révoltes qui naissent parfois dans le cœur des gens entiers qui ne peuvent tolérer certaines injustices, certaines inerties...


Fallait que ça bouge !

Toi, tu disais et tu faisais...

Tu fonçais même tête baissée...


Tu n’écrivais plus disais-tu, la lecture et la photographie avait depuis ton hospitalisation une grande place dans ta vie, tu envisageais aussi de reprendre la peinture...


Généreux tu l’étais ô combien !

Toujours à t’inquiéter de tout pour les autres, toujours prêt à aider, à se précipiter au secours de chacun... avant même de penser à toi.


Ton humour je le savais, cachait parfois une tristesse, sans doute due à l’impuissance que tu devais ressentir à ne pouvoir faire quelque chose pour tous ceux que tu croisais.

Mais tu ne t’épanchais jamais, tu disais que toi, c’était pas important...


Alors c’est décidé : pas de frites ? pas de "bonne bière" ?


Alors va Frédéric, va rejoindre les braves gens de ta trempe, parce que c’est bien connu : ce sont toujours les meilleurs qui s’en vont.


Toute ma sympathie va vers tes proches : ta femme, tes enfants... à qui j’adresse mes sincères condoléances.


Ton amitié sincère est à tout jamais ancrée en ma mémoire.

Merci d’avoir croisé ma route.


Clo

Quelques poèmes de Frédéric :


Ainsi va la vie

Avis de tempête


Ca tonne au loin, signe de pluie ?
Viendra-t-elle troubler nos envies ?
Le jardin en aurait bien besoin,
Pour l’instant seul compte
ta main dans ma main
pourquoi faut-il parfois
que sans sommation le ciel gronde
et que la tempête éclate en toi ?


Le calme après l’orage,
Apaisant et sage,
Ainsi va notre vie,
Surfant sur les nuages,
Du tonnerre au paradis,
Il ne reste alors que le silence
Pour attiser notre impatience.


Tes yeux se voilent,
Tendre clair obscur,
Des bises en rafales,
Jusqu’au prochain coup de foudre…

Papabul.



Comme le temps passe

Les adieux ont duré
tout un après-midi,
les petits écoliers étaient venus nous voir
avant le grand départ.
Ils nous ont bien fait rire
Raphaël imitant
son maître de manège
Dorothée minaudant
en coquette du Siècle
et Benjamin mimant
le rêve d’un timide
Puis nous avons chanté,
sur d’honnêtes paroles,
les chansons des aînés...


Alors nos grands enfants
sont venus les chercher, à la tombée du soir,
sur des mains agitées,
sur des baisers mouillés,
les portes ont claqué,
le regard s’est perdu
au tournant de l’allée


Ce soir ma douce, il nous faudra
en découdre à nouveau
avec un grand silence...

Papabul




Petit bonhomme

Ne te contente pas du destin,
Ne t’autorise aucune excuse,
Prends-toi en main,
Sois seul responsable de tes actes,
Trouve ce courage,
Ne blâme personne,
Tu es ce que tu choisis d’être,
Aies le cran de l’admettre.


Les autres ne sont que des ombres,
Elles peuvent obscurcir ou éclairer ton chemin,
Ne les autorise jamais à s’interposer,
A décider pour toi.
Sois digne, respecte la main tendue,
Apprends à tendre les tiennes,
Et arrêtes ton cinéma,
Tu ne trompes personne,
Petit bonhomme,
Personne d’autre que toi !


La réalité est ce qu’elle est,
La vie, compliquée et fragile,
Elles seront ce que tu en feras.
Apprends à aimer ton chemin,
Ne l’interroge jamais,
Il n’a rien à dire, rien à ajouter,
Tu es le seul à connaître les réponses.
Malgré ton orgueil, tes caprices et ta suffisance,
Tu es et resteras égal à toi-même,
Bas les masques, Petit bonhomme,
Tu ne trompes que toi !


La critique est aisée mais tellement futile,
Apprends à tirer les leçons de tes propres erreurs,
De ta mythomanie, de ta folie,
Comprends, une fois pour toute,
Que tu es seul coupable de ce qui t’arrive.


Tu ne trompes plus personne,
Petit bonhomme,
Personne, d’autre que toi !


Et si tu comprends cela...
Alors peut-être qu’un jour...

Tu parviendras à t’aimer toi !


Papabul





     D'autres textes sur ce lien :  http://www.la-plume-et-lencrier.com/?_papabul_
                                  

Repost 0
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 20:14

Il y a bien longtemps que de publier un recueil de quelques uns de mes textes me trotte dans la tête.

Or, la poésie, n'est que rarement éditée sauf si vous avez déjà un nom.

Internet regorgent d'éditeurs qui ne voient en les auteurs que des nigauds.

Ils nous proposent de réaliser notre rêve pour un coût qui ne nous permettra jamais de rentrer dans nos frais.

Alors j'ai décidé de tout faire moi-même avec mes petites mains.


Claudie.

Le voici :

 
Trace recto

Recto 

 
  Trace verso  

Verso 

 Détails du livre :

Auteur : Claudie BECQUES

Catégorie : Poésie
         (poèmes et Proses)

Format : 14,5 x 21 cm

Impression : noir et blanc

Pages : 91
Prix : 10 € +  frais de port (2.22 € )


ISBN : 978-2-9535973-0-1

Pour l'acquérir me contacter à cette adresse :
clo249@hotmail.com

ou pour les audomarois le recueil  est également en vente 10 € à la librairie de l'Indépendant rue des Clouteries à ST-OMER

Repost 0
14 janvier 2010 4 14 /01 /janvier /2010 17:33

amour4.jpg

Un grand projet me trottine depuis longtemps dans la tête...

 mais le travail, la maison, la famille, l'écriture...

Je ne parviens plus à tout faire.

J'ai demandé au Père Noël
quelques heures de plus par jour,
mais comme je ne suis pas sage,
il a refusé...

J'ai donc décidé de faire
une pause dans mes Litterrances
pour m'y consacrer
et le déposer
ici. (ça c'est pour les papis et les mamies  )

Ne m'en veuillez pas. 

Merci à tous pour tous ces moments
de partage passés et certainement à venir,
mais j'ai besoin de quelques semaines...

J'espère néanmoins pouvoir passer de temps en temps 
chez vous pour vous faire un petit coucou.

Que votre vie soit belle et douce.

A bientôt.

Bises. 

  Clo
  

Repost 0
31 décembre 2009 4 31 /12 /décembre /2009 22:18
bonne-ann-e-litterrances.gif


Que 2010 vous apporte :
Santé,
Amour,
Joie,
Bonheur,
Prospérité 
la réalisation de tous projets,
et vous conserve la part de rêve
indispensable à l'épanouissement.

Bises.
Claudie



Repost 0
25 décembre 2009 5 25 /12 /décembre /2009 03:02


Noël


Claudie
Repost 0
22 décembre 2009 2 22 /12 /décembre /2009 05:40

Je ne veux ni vous mentir ni m'attribuer des mots qui ne sont pas les miens.
Ce que vous allez lire, c'est un de ces diaporamas qui circulent dans nos boîtes mail, ces chaînes qu'il nous faut faire suivre pour voir s'opérer "un miracle".
Si le fait de les recevoir m'est agréable parce que j'ai conscience que la personne qui me les a  adressées a eu une pensée pour moi, je dois avouer cependant que je les brise sans remord en ne les faisant jamais suivre.
Si seules ne pouvaient prétendre au  bonheur que les personnes qui respectent scrupuleusement la consigne en n'envoyant qu'à 7 personnes précisément quelques mots et images, il me semble que celà serait bien injuste.

Pourtant celui-ci m'a particulièrement émue.
Aussi décidai-je, une fois n'est pas coutume, de l'envoyer à une seule copine particulièrement friande de ces messages.
Le lendemain elle m'en remerciait chaleureusement, persuadée que l'histoire de ce vieux sage avait peut-être un peu influé le choix de ce DRH qui avait eu la bonne idée de confier un emploi à son fils qui désespérait trouver un poste depuis plusieurs mois...

J'aurais aimé vous le présenter tel que reçu ne serait-ce que par respect du travail de la personne qui l'a écrit et mis en forme, mais je n'ai malheureusement pas trouvé comment le mettre en ligne.
Néanmoins en voici le contenu en copié-collé.
La seule signature qui est mentionnée est  "Sakura" avec le gif d'un petit chat.
Que cette personne soit félicitée pour cette jolie histoire et la noble philosophie qu'elle véhicule.
J'ignore si elle est également l'artiste qui a peint les deux magnifiques illustrations...

Je vous laisse donc en compagnie de ce vieux sage et des mots de Sakura : 


vieux sage


Un homme de 92 ans, petit, très fier, habillé et bien rasé tous les matins à 8h 00, avec ses cheveux parfaitement coiffés, déménage dans un foyer pour personnes âgées aujourd’hui même.

Sa femme de 70 ans est décédée récemment, ce qui l'oblige à quitter sa maison.  

Après plusieurs heures d'attente dans le lobby du foyer, il sourit gentiment lorsqu'on lui dit que sa chambre est prête.  

Comme il se rend jusqu'à l'ascenseur avec sa marchette, je lui fais une description  de sa petite chambre, incluant le drap suspendu à sa fenêtre servant de rideau.

 

-"Je l'aime beaucoup", dit-il, avec l'enthousiasme d'un petit garçon de 8 ans qui vient d'avoir un nouveau petit chien.

-"M. Gagné, vous n'avez pas encore vu la chambre, attendez un peu. "

 

- "Cela n'a rien à voir ", dit-il. Le bonheur est quelque chose que je choisis à l'avance.  Que j'aime ma chambre ou pas ne dépend pas des meubles ou de la décoration - ça dépend plutôt de la façon dont moi je la perçois. C'est déjà décidé dans ma tête que j'aime ma chambre.  C'est une décision que je prends tous les matins à mon réveil. J'ai le choix, je peux passer la journée au lit en comptant les difficultés que j'ai avec les parties de mon corps qui ne fonctionnent plus, ou me lever et remercier le ciel pour celles qui fonctionnent encore. Chaque jour est un cadeau, et aussi longtemps que je pourrai ouvrir mes yeux, je focaliserai sur le nouveau jour et tous les souvenirs heureux que j'ai amassés tout au long de ma vie.  La vieillesse est comme un compte de banque. Tu retires de ce que tu as amassé. "

 

Donc, mon conseil pour vous, serait de déposer beaucoup de bonheur dans votre compte de banque des souvenirs.


Merci de votre participation à remplir mon compte de banque car je dépose encore.

 



vieux sage 2



Sakura.


Excellente semaine à tous 
et bons derniers préparatifs de Noël !

Claudie
 

Repost 0