Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2015 2 07 /04 /avril /2015 22:14

La vie nous distribue tous les jours

Des joies, des peines et de l’amour,

Mais parmi tous ceux qui nous entourent

A l’appel, un seul, manque toujours;

Et l’on se dit alors tout bas :

C’est pourtant à toi que je pense,

Dans ces moments là,

C’est pourtant ta main que je cherche,

Oui, mais tu n’es pas là.

Le bonheur intégral est chimère,

Y’a toujours une ombre dans la lumière

Le p’tit détail qui, le coeur, lacère,

Ce petit rien qui plombe l’atmosphère ;

Et l’on se dit alors tout bas :

C’est pourtant à toi que je pense,

Dans ces moments là,

C’est pourtant ta main que je cherche,

Oui, mais tu n’es pas là.

On peut prétendre être très heureux

Et exposer un visage radieux,

Mais une seule image passe devant nos yeux,

Et le bonheur devient douloureux.

Et l’on se dit alors tout bas :

C’est pourtant à toi que je pense,

Dans ces moments là,

C’est pourtant ta main que je cherche,

Oui, mais tu n’es pas là.

Le pouvoir de l’absent est immense!

Satané manque, vile souffrance

Qui nous réduit tous à l’impuissance,

Et qui nous gâche notre existence

A chaque fois qu’on se dit tout bas:

C’est pourtant à toi que je pense,

Dans ces moments là,

C’est pourtant ta main que je cherche,

Oui, mais tu n’es pas là.

Dans ces moments là...

Partager cet article

Repost 0
Published by Claudie Becques
commenter cet article

commentaires

Babou* 08/04/2015 12:10

Combien je partage tes mots... et avec l'âge en plus mes larmes franchissent très souvent la barrière de mes cils. Bisous pour toi.

Claudie Becques 09/04/2015 22:51

L'âge nous fait prendre conscience que le bonheur est fragile et que la vie ne tient qu'à un fil... Bisous Babou*

aimela 08/04/2015 08:58

Il y a des absences qui nous font mal, je le ressens très fortement en ce moment mais c'est la vie qui pour moi n'est faite que de malheurs et non le contraire

Claudie Becques 09/04/2015 22:54

Je vois que nous sommes sur la même longueur d'ondes Aimela... Sachons alors apprécier chaque petit bonheur commun pour avancer quand même ;)