Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 octobre 2009 7 18 /10 /octobre /2009 19:30

      SOS FEMMES         


Avancer. Le pas mal assuré, dépourvu d'équilibre.

 

Avancer sans quitter des yeux ce lumignon dans la nuit, cette faible lueur à laquelle se raccrocher.

 

Avancer. Fuir.

 

Fuir ? Haut-le-cœur de dégoût tant ce verbe dégouline de lâcheté…

 

Sait-on seulement ce qu'il a fallu de courage pour admettre, pour oser,  pour défier les conventions, les convenances, pour affronter les regards, le mépris, la pitié, l'affection … la honte ?

 

Que sait-on de ces hurlements silencieux, de ces journées, ces mois, ces années à maquiller la vérité, les apparences… les ecchymoses ?

 

Que sait-on de cette honte cachée derrière les volets, derrière les lunettes noires, derrière les paupières boursouflées par les larmes ?

 

Que sait-on de cette souffrance muette muselée par un sourire forcé, une joie de vivre feinte ?

 

Certes, avancer…

 

Mais non sans laisser dans son sillage des lambeaux de rêves, de confiance, d'illusions et d'amour sans limite.

 

Fuir ?

 

Il aurait été tellement plus facile de rester, d'attendre le coup fatal et ainsi ne plus jamais être confrontée à son miroir, à sa mémoire… à sa conscience !

 

Fuir ?

 

Non ! Avancer.

 

S'accrocher à cette faible lueur dans la nuit comme à une aube qui se lèverait sur l'espoir, sur l'avenir…

 

Avancer. Le pas mal assuré, dépourvu d'équilibre…

 

Mais avancer jusqu'à ce lumignon : la dignité.

 

 

Claudie Becques (Avril 2009) 

Partager cet article
Repost0

commentaires

J

Un texte poignant et vrai... oui, avancer ! nul n'a le droit de s'imposer de telles souffrances. Ne pas se résigner !
Douce nuit Clo.


Répondre
C


Si je n'avais entendu les terribles confidences d'une amie, je n'aurai pas cru possible que l'amour puisse faire accepter un tel supplice pendant tant d'années.
Il est important que ces femmes comprennent qu'elles sont victimes.
Bonne soirée à toi Jackie.



R

Ce texte me touche au plus au point. En le lisant je pense précisément à une jeune femme...J'aimerais bien qu'elle le découvre et qu'elle comprenne bien que sa fuite n'est en fait qu'un grand pas
en avant.Merci de ce texte. Bises.


Répondre
C

Ce texte je l'ai écrit dans le cadre d'un concours, dont le thème était LE COURAGE !
Dis à cette jeune femme que ce n'est pas fuir que de s'éloigner d'un compagnon violent, c'est faire preuve de bon sens et de survie. Tous mes voeux pour elle et mes sincères remerciements à toi
Roselyne. Bises. Clo


E

C'est un très beau texte.


Répondre
C

Merci Enriqueta... C'est un des quatre présentés au concours Georges Brassens.
Il fallait écrire une prose poétique sur le thème du courage.


A

Ce texte m'a touchée, m'a émue.
Et puis j'aime beaucoup la page de garde de ton blog. Quels jolis objets sur la photo. 


Répondre
C

Merci beaucoup Anne... Reviens quand tu veux !
Clo


S

Tu as raison, avancer et dénoncer ces êtres immondes. Parce que la violence engendre la violence, et ainsi le mal se perpétue.


Répondre
C

Je n'arrive pas à comprendre comment on peut accepter le premier coup... et continuer à aimer cet être immonde...
Merci Solange.