Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 17:23

traineaunuit

 

Chacun sait maintenant que malgré son âge avancé, le père Noël a su se mettre au goût du jour en s'informatisant.

Or, devant son écran d'ordinateur, il considère un état comparatif qui lui fait froncer les sourcils. Même en tenant compte des inflations successives, le coût de ce Noël dépasse déjà largement toutes les projections financières qu'il avait pu faire sur son PC portable, cet été sur le sable chaud des îles tropicales.

-          " Et nous ne sommes que le 15 décembre, soupire-t-il, voyons, voyons… un ordinateur, une console de jeux, un lecteur DVD, un VTT, une voiture électrique…."

Le père Noël  parcourt l'immense liste et constate, effondré, que pas un enfant n'ait fait un vœu simple, ni ait eu une pensée pour autrui.

Il est subitement prit, d'une violente colère :

-          " Ah non ! Mais cela ne correspond pas du tout à l'esprit de Noël. Donnez-moi… Apportez-moi…. J'ai été sage…. J'ai eu un bon classement… J'ai mérité… Je… Je…. Je… Cette fois c'en  est trop ! Les enfants d'aujourd'hui sont beaucoup trop égoïstes. Je ne ferai pas la distribution !"

Il rédige immédiatement un mail à l'attention de tout le personnel :

"Veuillez suspendre immédiatement la préparation des cadeaux : je dépose un préavis de grève pour la nuit du 24 au 25 décembre. Le Père Noël."

Le porte-parole des lutins demande aussitôt audience :

-          " Mais Père Noël, depuis la nuit des temps, on n'a jamais vu ça  un Noël sans distribution !

-          Peut-être, mais moi je n'ai jamais vu autant d'égocentrisme. Regardez cet écran, c'est à celui qui demande le cadeau le plus cher ! Pas un ne pense à son semblable. Les enfants ne sont plus ce qu'ils étaient, et ils ne méritent pas que l'on cède ainsi à toutes leurs exigences. Tout le monde a oublié les vraies valeurs de cette fête. Il est temps que je réagisse en boycottant la réalisation de leurs souhaits. Je ne sais d'ailleurs pas ce qui me retient de transmettre leurs coordonnées au père Fouettard.

-          Vous ne le pensez-même pas, sourit le lutin

-          Ah, ne me défiez pas, tempête l'homme en rouge en prenant sa lorgnette magique qu'il dirige vers la terre, regardez-moi cette bande de chenapans qui se bagarrent à la sortie des écoles, et celui-ci qui vole des CD dans le magasin, quant à cet autre qui met le feu à la poubelle…

-          Mais père Noël, vous tenez votre lorgnette du mauvais côté, c'est pour ça que vous ne voyez que les choses négatives, retournez-la…

-          Taratata… Je vais aller faire incognito ma petite enquête et voir si les enfants ont encore une âme saine. Je mets tout le personnel  en RTT aujourd'hui, le temps que je descende sur terre pour vérifier. Si je n'ai pas trouvé cinq enfants qui aient une intention positive à l'égard du vieillard que je suis, avant la tombée de la nuit, je maintiendrai ma grève. Dans le cas contraire, mais j'en doute, je reviendrai sur ma décision…"

Et le voilà, déguisé en papi-tout-le-monde, avec dans ses poches magiques quelques accessoires qui, lui permettront de tester le cœur des petits terriens.

Le père Noël (Chut ! C'est un secret) s'installe sur un banc et observe durant quelques instants des gamins qui s'exercent au skate-board. Puis il se relève péniblement en soulevant le sac qui était à ses pieds. Une anse cède sous le poids des provisions qui s'en vont rouler de part et d'autre.

Quelques rires fusent tandis qu'il essaie péniblement de  rassembler ses achats, lorsque :

-          " Attendez M'sieur, on va vous aider… on va poser votre sac sur le banc et on va tout remettre dedans… Eh, les gars au lieu de vous marrer, venez donner un coup de main…"

Et en deux temps trois mouvements, les gosses déposent le cabas rempli dans les bras de notre vieillard :

-          " Merci les p'tits gars… Z'êtes sympas…" les remercie-t-il en n'accordant toutefois qu'un seul point au petit blondinet qui s'était avancé vers lui le premier.

Et d'un !

Le voilà qui s'installe ensuite tout près d'une briocherie dans une rue commerciale avec une pancarte "J'ai faim. Aidez-moi s.v.p. Merci !" et il attend tel un vrai clochard.

Quelques clients se succèdent jusqu'au passage de cette maman et de sa petite fille :

-          "Veux-tu un petit pain au chocolat ma Chérie ?

-          Non merci, je n'ai pas faim… mais est-ce que tu peux quand même en acheter un s'il te plaît … pour le donner au monsieur," répond-elle en montrant le SDF

La maman surprise, hésite quelques secondes, puis accepte :

-          "Donne-lui toi-même, puisque c'est ton idée !

-          Tiens monsieur… Tu sais, tu ressembles au père noël avec ta barbe…

-          Il se peut que je le connaisse très bien… Comment t'appelles-tu ?

-          Suzy !

-          Je lui parlerai de toi si tu veux, je lui dirai que tu as un cœur gros comme ça… Qu’as-tu commandé pour Noël ?

-          Un petit frère, et un poupon pour faire pareil que maman avec le bébé.

-          Pour le petit frère je ne sais pas s'il pourra, mais pour le reste il devrait pouvoir te l’apporter!" répond-il avec un clin d'œil, tandis que la maman entraîne la gamine

Et de deux, pense t-il en se frottant les mains. Son moral commence à revenir !

Il sort ensuite une canne blanche de sa poche magique et avance ainsi en la tapotant devant lui sur le trottoir et en se tenant de l'autre main  au mur qu'il longe, jusqu'à arriver à un carrefour.

Un gosse qui l'observe avec curiosité le désigne du doigt, à l'attention de l'homme qui se tient à côté de lui, sans doute son papa :

-          "Il voit pas clair le monsieur ? Et comment il va faire pour traverser ?

-          Ca ne va pas être facile pour lui, il est aveugle. Tu sais quoi ? On va se mettre juste à côté de lui et tu lui diras quand le petit bonhomme va passer au vert

-          Ouais ! jubile l'enfant… Le petit bonhomme est encore rouge monsieur, faut encore attendre… Là c'est vert, tu veux que je te donne la main pour ne pas te faire écraser ?

-          C'est très gentil ça, je veux bien…"

Et l'enfant glisse sa menotte dans la grosse main du vieil homme et le tire pour le faire traverser jusqu’au trottoir d’en face :

-          "Voilà Monsieur, on est arrivés…

-          Merci mon garçon… Je dirai au père noël que tu as été très mignon avec moi… Que lui as-tu demandé ?

-          Des légos et pis une game-boy….

-          Je pense en tout cas que tu les mérites amplement ! N'oublie pas de mettre tes chaussons près du sapin…

-          Ouaich… D'accord ! Au revoir monsieur…

-          Au revoir mon gamin !"

Et de trois !

Le Père Noël commence à reprendre espoir quand ….

-          "Alors pépé, tu te pousses, tu devrais retourner dans ton asile

-          Ouais, t'as rien à faire là. Les vieux à l'hospice ! renchérit un rouquin en poussant le vieil homme

-          Vous n'avez pas honte, petits vauriens ? maugrée ce dernier          

-          Petits vauriens, minaude le premier en lui faisant un croche-pied, attention pépère, tu vas tomber… Ben voilà, t'es par terre !"

En effet l'homme trébuche et tombe sur le trottoir.

Le deuxième s'apprête à lui donner un coup de pied lorsqu'une sirène de police retentit et fait se carapater les deux adolescents.

 

Le père Noël se relève et s'ébroue en grommelant.

-          "T'as mal ? lui demande une petite voix

Il se retourne et ne voit personne jusqu'au moment où un petit bonhomme aux cheveux couleur carotte sort de derrière des poubelles rangées sur le trottoir d'en face.

-          "Qu'est ce que tu fais là ? demande l'homme

-          Je me cachais… Sinon ils m'auraient embêté aussi… C'est mon frère et son copain… Ils ont du boire des bières… Quand il n’a pas bu, mon frère, il n’est pas méchant, mais quand il est comme ça, il ne sait plus ce qu'il fait…

-          La belle excuse ! Et ils en disent quoi tes parents ?

-          Mon père il s'est barré y a longtemps… J'ai pas connu… Et ma mère, elle s'en fout… Enfin j'sais pas… Elle dort tout le temps avec ses médicaments… Au début elle râlait… Maintenant elle dit plus rien…

-          Il fait quoi ton frère… à part boire ? Il ne va plus à l'école ?

-          Non, il a dix-sept ans… Il dit qu'il veut travailler mais qu'il sait pas quoi faire et puis y a pas d'boulot alors il "zone" avec des potes.

-          Et toi là-dedans ?

-          J'vais à l'école… Enfin des fois… J'aime pas trop ça, c'est chiant… Mais moi j'suis obligé à cause des "allocs" qu'elle dit ma mère… Mais j'comprends rien… C'est nul l'école.

-          Tu aimes quoi alors ?

-          Les chiens ! J'vais souvent à la SPA pour les soigner et les promener. Ils disent rien les chiens… Ils te regardent juste en remuant la queue… Mais moi je lis dans leur regard… Eux et moi, on se ressemble…

-          Tu en as un à toi ? demande le vieil homme, ému devant les yeux brillants de l'enfant

-          J'peux pas, on peut pas dans mon HLM… C'est pour ça que je vais à la SPA

-          Si tu devais faire un vœu pour Noël, ce serait quoi ?

-          Rien, parce que Noël c'est des conneries et que quand on n'attend rien, au moins on n'est pas déçu… Ils sont où les keufs pour finir ? se rappelle t-il brusquement en scrutant la rue

-          Je ne sais pas mon garçon… Je ne sais pas… Tu devrais rentrer maintenant, ta mère va s'inquiéter…

-          Pffff ! Comme si ! Et toi ça va aller pour ton hospice ?

-          ???

-          Ben ouais, la maison des vieux !

-          Ah ! Oui… Merci… Ca ira… Rentre bien !

-          Salut !

-          Salut mon garçon. Prends soin de toi !"

Et le Père Noël de reprendre son chemin en soupirant de désespoir face à cette triste réalité, à laquelle sont confrontés certains petits bonshommes, qu'aucune magie, qu'aucun vœu, ne pourra jamais combler.

Il accorde donc un miséricordieux point au petit poil de carotte que l'enfance a abandonné dès le premier jour de sa naissance.

Il est encore perdu dans ses pensées quand ses pas l'emmènent dans un grand centre commercial jusqu'à un immense rayon de jouets et de consoles de jeux.

Deux garçonnets en observent  un autre qui teste le dernier modèle, la console « dernier cri » à 250 euros :

-          " Elle est vraiment trop top !

-          Oh, oui, trop top, répond l'autre, tu es sûr que c'est celle-là que tu vas avoir à Noël?

-          Oui, oui, mon père ma l'a promis, et il tient toujours ses promesses, et un portable aussi, un qui prend des photos…

-          Et un portable aussi ! Purée t'en as de la chance ! Il est riche ton père ?

-          Je ne sais pas, mais quand je vais le voir il me paie tout ce que je veux

-          Waouh ! T'es vraiment un veinard !

-          Par ma mère, je vais avoir un ordinateur portable pour « t'chatter » sur MSN avec les copains de l'école"

L'autre ouvre de grands yeux :

-          " Et un ordinateur en plus !

-          Ben ouais ! Tu sais, depuis que mes parents sont divorcés, ils ne savent pas quoi faire pour que je sois content… Et toi, tu as demandé quoi pour Noël ?

-          Oh, moi tu sais, cette année, pas grand-chose. Mon père vient de recevoir sa lettre de licenciement, tu sais la papeterie qui vient de fermer ? Il travaille là, alors, il m'a expliqué qu'en fait ce sont les parents qui donnent des sous au Père Noël pour les cadeaux, alors il n'y aura pas de folie cette année parce qu'il a peur de rester un moment au chômage…

-          Zut ! C'est bête ce qu’il t'arrive !

-          Oui ! On va juste réveillonner chez mes grand-parents avec mes oncles et mes tantes. Ca sera sympa quand même parce que mes cousins seront là, et puis maman m'a dit que j'aurai quand même le dernier jeu sorti,  pour la console que j'ai eue l'an passé.

-          Waouh ! T'as d'la veine !

-          Tu te fous de moi ?

-          Non, non … Tu sais… En fait, les cadeaux je m'en fous un peu… Je préfèrerais faire comme toi une grande fête avec mon père et ma mère, ensemble à la même table et puis toute la famille… Tandis que là, je vais passer Noël avec ma mère et son copain, et la semaine du nouvel an j'irai chez mon père et ma belle-mère… Et c'est pas trop cool !

-          Ouais, t'as raison… C'est pas cool ! C'est pas facile hein de tout avoir ?

-          Non, pas facile… Eh, c'est à notre tour d'essayer la Wii !"

Le père Noël n'a pas perdu une seule parole de cet échange entre les deux garçons.

-          "Avec ces deux là, le compte est bon. J'en sais assez !"

Et d'un claquement de doigts le voilà de retour dans son monde magique.

-          "Alors père Noël, s'enquiert, anxieux, le porte-parole des lutins, croyez-vous de nouveau aux enfants ?

-          Oh, que oui ! Crois-moi, ils font ce qu'ils peuvent les pauvres petits… Mais tu sais ce qui me rend  triste ? C'est que je suis dans l'impossibilité de les combler tous, de rendre le sourire à certains… Ils se débattent dans un monde dur et sans pitié, et ma mission n'est pas de les juger mais juste de faire mon travail : livrer les cadeaux à ceux qui m'ont fait parvenir une lettre. Je ne suis que du rêve, mais eux, doivent affronter la réalité… Nous avons du travail mon bon lutin… Nous ne devons pas décevoir ceux qui espèrent encore en nous.

 

Claudie Becques

Partager cet article

Repost 0

commentaires

louise 06/12/2013 10:29

Bonjour !
Merci pour ce conte. C'est amusant, c'est la veille de Google qui m'a signalé votre article parce que j'ai publié un livre pour les 6-7 ans avec exactement le même titre ! (1997, Ed. du Bastberg, il n'est plus édité). Bonne continuation et joyeuses fêtes

Solange 22/12/2012 00:07


Un bien joli conte de Noël. Joyeux Noël chez toi.

Clo 22/12/2012 12:17



Merci Solange ! Joyeux Noël à toi entourée de tous ceux que tu aimes.