Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 05:35





Certains sujets tabous restent dans le silence
  
C
omme si d'en parler apportait le malheur.
Envisager la mort quand la vie est en fleur
C'est défier le destin presque avec insolence. 


Quand arrive pourtant la bien triste évidence

Et que la question vient troubler votre douleur,
C'est seul et démuni qu'il faut à contrecœur 
Au nom du cher défunt  soumettre sa conscience.


Si demain pareil cas se pose pour les miens,

Qu'ils puissent illico face à tous chirurgiens
Dire sans hésiter des deux options la mienne : 


Si dans mon pauvre corps il se trouve un fragment

Qui peut guérir autrui par un prélèvement
De quitter l'existence aura sauvé la sienne.




Claudie Becques (20/06/08)

Partager cet article
Repost0

commentaires

S

J'avais écris un com. ici je ne sais pas ce qu'il est devenu. C'est une bonne action.
Répondre
C


Désolée Solange, je ne parviens plus à venir sur mon blog... J'aurais besoin de 2 ou 3 heures de plus par jour... 



S

Comme je prévois vivre très vieille, j'aime bien le commentaire de Claude.Ton poème est plein de générosité.
Répondre
C


Merci Solange. Les commentaires de Claude sont toujours pleins de sens.



C

Quand on espère vivre cent ans,


Il ne restera rien à donner,


Que le souvenir d'un passé


Pour ceux qui restent au présent.


Bise, Claude.
Répondre
C


Joliment dit Claude... Bise à toi. Clo