Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 22:00

paris point zéro

AU-DELA DE LA HAINE

   (page 7) 

 

L’aîné, Thomas, c’est sûr ça ne risque pas : ça fait dix ans que je ne l’ai pas vu. Il en a tant bavé ! On lui a mis sa mère et moi, si jeune, la responsabilité d’assumer ses frères et sœur quand nous n’en étions plus capables… Je ne peux pas lui en vouloir. Je suis si fier de lui ! Il est marié, deux enfants, une belle situation… Physiquement c’est celui qui me ressemble le plus… Mais il s’applique à être dans la vie tout le contraire de moi… Il a raison ! Oh oui, je suis vraiment fier de lui… Même s’il ne le sait pas.

Ma fille Ludivine, je l’ai revue par hasard dans un supermarché il y a deux mois. Elle était avec son amie. Je l’avais à peine reconnue. Cinq années qu’elle était partie… Elle m’a embrassée direct quand même, comme si de rien était, comme elle aurait embrassé un copain qu’elle aurait rencontré comme ça… Elle semblait heureuse avec cette fille. Je respecte ! Je suis un peu triste qu’elle soit lesbienne… Sans doute un petit reste de l’éducation droite et un peu coincée  que j’ai reçue au Nord…

Je me sens triste, mais je respecte ! Elle a toujours été différente, révoltée, garçon manqué… J’espère qu’elle sera vraiment heureuse… Je sais, que contrairement à ses frères, elle a gardé des liens étroits avec Elle. Je m’en réjouis. Une mère et sa fille se doivent d’être complices…

 

Quoique moi, je sais que j'ai toujours été  le « chouchou » de  maman…

Maman… Si tu voyais ton fils à cet instant… Tu en verserais des larmes… Mais tu n’en sauras rien. L’avantage d’habiter loin ! Je vais me retaper et bientôt je reviendrai chez nous quelques jours. Tu me manques maman. Toi aussi papa. Vous aussi mes sœurs. Je vous aime et ça fait si longtemps que je ne vous ai pas vus. Dans quelques jours, promis, je reviendrai au pays. Laissez-moi juste le temps de me requinquer… 

 

Il n’y a jamais qu’Olivier qui pourrait venir me voir… Mais faut dire que la dernière fois qu’on s’est parlé au téléphone j’ai été dur, quand il m’a reproché d’être encore saoul alors qu’il devait passer me chercher pour passer le dimanche avec  sa femme et son bébé. Je l’ai envoyé bouler en lui disant qu’il n’avait qu’à me ficher la paix, je ne n’avais pas d’ordre à recevoir de lui et que je menais ma vie comme je l’entendais…

Quel con je fais ! J’ai pourtant bien de la chance qu’il se préoccupe régulièrement de moi. Il lui faudra quelques jours pour revenir…

Mais je sais qu’il reviendra… Il ne m’a jamais laissé tomber.

Je ne le mérite pas.

 

Quand au dernier, mon bébé… Il est si fragile…

Faudrait surtout pas qu’il passe à la sortie du lycée comme il le fait parfois avant de rentrer chez sa mère… Ne viens pas surtout Erwan… Je ne veux pas que tu me vois dans cet état ! Tu parles d’un exemple…

 

 

La suite : paris point zéro

Partager cet article

Repost 0
Published by Clo - dans Nouvelles
commenter cet article

commentaires

Aimela 08/06/2010 11:03



2 petits trucs que je ne comprends pas, tu écris que Thomas s'est occupé de ses frères et soeurs lorsque le père n'en était plus capable  mais que faisais la mère ? était elle
aussi  alcoolique ?


Le second truc, tu parles d'Olivier, est ce le fils ou le frère  de ton personnage ?


Excuse mes demandes mais tu vois ainsi que je lis  et que je m'intéresse  à ton  travail. Bises clo 


 



Clo 11/06/2010 08:51



Il ne parle là que de ses enfants. Je livre les pages au fur et à esure de leur écriture. Lorsque tout sera fini, j'ajusterai, complèterai ou reprendrai certains passages. Les commentaires
m'aideront justement à améliorer ce qui cloche. Tu sais à quel point ils sont constructifs. Merci à toi. A la télé il y a "Plus belle la vie", sur Litterrances voici le feuilleton de l'été :
"plus moche la vie" (mdrrrrr) Merci Martine. Gros bisous.