Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2008 4 10 /07 /juillet /2008 15:45

(Nouvelle version du poème "Le héron cendré")

Il arrive parfois que pour décompresser
Sur mon lieu de travail à travers la fenêtre,
Je suive du regard jusqu'à voir disparaître
L'un de ces échassiers si nombreux à passer.

Son long cou replié, héron s'en va  pressé
Rejoindre les marais pour aller se repaître.
Dans cet endroit paisible où j'aime aussi renaître,
........
 

Désolée par respect pour ceux qui l'ont acheté pour lire la suite cliquer sur :Trace recto

 

Claudie Becques (10/07/08)

Partager cet article

Repost 0
Published by Clo - dans Poèmes
commenter cet article

commentaires

stellamaris 31/07/2008 23:40

De retour de vacances, un vrai plaisir de te relire ! Ce poème est magnifique !Toute mon amitié

Clo 01/08/2008 18:26


Ah mais c'est que mon coach (Darius) s'est chargée d'assurer mes devoirs de vacances en ton absence (éclat de rire).
Merci à toi. Amitié. Clo


Arc-en-ciel 21/07/2008 00:01

Quelle perspicacité Clo ! je ne travaille pas ainsi mes "poèmes" ! d'ailleurs depuis toutes les merveilles que je lis au fil des blogs de poésie, j'hésite à les nommer ainsi ! Mais le plaisir de l'écriture reste une liberté immense... et un plaisir intense ! Gros bisous Clo !ps : L'envole de ton héron cendré fait feu de toute tristesse !

Clo 22/07/2008 20:40



Je ne me connaissais pas non plus cette patience....
Je reste tout de même persuadée que tout ce que l'on écrit avec le coeur ne peut être que pure poésie, alors ne change pas.
Bisous à toi. Clo



topotore 15/07/2008 13:50

Petit bonjour à Clo qui flâne de paperasserie en papyrus et omet cependant d'évoquer les parfums. Clin d'oeil pour te dire que j'ai réparé l'oubli juste après mon réveil dans "Profond repos".Amitiés de Marseille qui ne sait pas ce qu'est le marais.

Clo 16/07/2008 18:24


Eh, eh.... Les marseillais ont le soleil, la grande bleue et...  une bonne équipe de foot mais ils n'ont pas de jolis marais comme les ch'tis ! (éclat de rire).
En toute amitié. Clo


Malou 12/07/2008 09:13

Ah! le marais ressourçants et zen! Dénués de toute construction, habités par une faune et une flore rares et magnifiques, ainsi sont les marais ancestraux. Peut-être le paradis ressemble-t-il à cela. Je partage tes marais-rêveries et adore ces promenades sans but juste pour le plaisir de faire corps avec cette nature sauvage que je vois de mes fenêtres. Merci pour ce poème natue si revitalisant! Bises salées de ce sel iodé de nos marais salants. Malou

Clo 12/07/2008 10:30


C'est en effet cette impression que j'aime : être dans une zone de terre et d'eau qui n'a pas été domptée ou salie par l'humain. Je vois que nous nous comprenons Malou ! Merci d'avoir pris le temps
de déposer ce petit bonjour sur Litterrances. @tout bientôt. Bisous. Clo


Mésange 12/07/2008 00:18

Clo... génial le titre! Et tu es d'un courage toi de retravailler un poème ainsi... j'admire! Et quelle réussite... On parle d'oiseaux ici, une mésange ne pouvait que se poser tout près du marais pour dire au héron de battre des ailes plus loin et de laisser à ma Ch'tite Clo le temps d'un beau repos à l'ombre d'un arbre, tout près d'une étendue d'eau... Non mais...  Et laissons-lui le cafard qu'il s'envole avec. Courage chère amie, ainsi que pour ton genou qui te fait des misères...
 
Bisous Ch'tite cousine
Nad
 

Clo 12/07/2008 10:26


Quel bonheur : un petit oiseau de plus pour me donner des ailes ! (sourire)

Et oui, c'est en effet prévu si le soleil veut bien réchauffer un petit peu l'air, de passer une partie de ce week-end en famille sous un arbre au bord de l'eau.... pour pêcher la truite !

Personnellement je ne ferai cette fois pas de victime, puisque je suis déjà assez maladroite comme ça avec ma canne... pour marcher (éclat de rire).

Ton message me fait chaud au coeur. Gros bisous ma cousine du Québec. Clo