Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 15:05


Femme nue au chien de Gustave Courbet (1868)



Pour tous, je suis l'infâme, la briseuse de ménage, la voleuse de père, la sale bête.


C'est vrai que je n'ai pas mesuré tout de suite la portée de cette relation.

J'ai craqué au premier regard et je suis très vite devenue "à crocs".

Son amour est maintenant à tout jamais tatoué dans ma chair.


On me jette la pierre, mais imagine t-on seulement ce qu'est ma vie, toutes ces heures d'attente truffées de contre-temps.


Je l'écoute patiemment me parler de son travail, de sa femme, de ses enfants et le laisse repartir sans gémir.


Je ne dois me contenter que de quelques restes volés à sa vie conjugale.


Il m'offre le collier mais c'est elle qu'il sort.


Il me fait livrer des boîtes par le traiteur et il l'emmène au restaurant.


Je reçois quelques caresses, elle a toutes ses nuits.


Je l'attends, épilée, toilettée et fait une fête de chaque minute qu'il veut bien m'accorder.


Mais j'en ai marre de vivre muselée et de ronger mon frein.


Je brise mes chaînes et m'euthanasie.


De toute façon, c'était ma destinée, de crever toute seule, comme une chienne.

Claudie Becques (22/04/05)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

hicham 30/05/2008 12:40

Notre destin est-il écrit, ou est-il ce que nous en faisons?Parfois je me demande...

Clo 30/05/2008 15:19


Un peu des deux je crois...
Il y a les situations inévitables et celles dans lesquelles on se complaît.
Personnellement je suis trop entière pour me satisfaire "d'une moitié d'homme".


aimela 29/05/2008 17:11

Ne t'inquiètes pas, je sais que tu n'écrivais que le sentiment de cette pauvre femme devant sa vie. Je te connais assez bien pour savoir que tu ne portes pas de jugements ( sourire)   

Clo 29/05/2008 18:10


Je ne porte pas de jugement sur la vie et les choix des autres, mais si j'étais concernée, je saurai être un vrai pitbull pour les déchiqueter... tous les deux ! (éclat de rire)


aimela 28/05/2008 22:46

tomber amoureuse d'un homme marié n'est pas la meilleure chose qui puisse arriver, il vaut mieux le quitter très vite  mais est-ce une raison d'être traitée de sale bête , sûrement pas . ce n'est que mon point de vue  mais bon , tout le monde ne me suivra peut-être pas dans l'analyse .

Clo 29/05/2008 15:06


Loin de moi l'idée d'insulter qui que ce soit, mais simplement la description du sentiment de cette femme traitée comme un chien, par un amant qui a une double vie.

N'y vois là qu'une association de mots qui rappelle toujours le côté canin  : portée, à crocs, tatoué, truffée, gémir, restes, collier, boîtes, caresses, toilettée, muselée, chaînes,
euthanasiée et finalement chienne qui a aux yeux des légitimes a forcément le mauvais rôle d'où le terme de sale bête.

Comme je l'ai déjà dit en réponse à un autre commentaire, le mauvais de l'histoire n'est à mes yeux que le goujat qui se pavane entre deux coeurs.


stellamaris 28/05/2008 20:54

Un point de vue original. Très bien écrit et plein d'émotion. Amitiés

Clo 29/05/2008 13:29



Juste la traduction d'une émotion ressentie après un reportage sur ces femmes prises au piège d'hommes mariés trop lâches pour choisir, et qui s'offrent maîtresse comme on adopte un chien, pour
batifoler joyeusement de temps à autre, mais le laisser à la niche quand il n'a pas le temps où mieux à faire.
Même si ça ne transparaît peut-être pas à cause de la dureté de ces mots à consonnance "canine", ce texte défend la cause de ces femmes trop amoureuses pour prendre le large.
Merci de t'y être arrêté. Amitiés.