Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2008 6 24 /05 /mai /2008 07:21
"Béatitude" de Claude Mailhot




Puisque passe la vie, plus vite qu'on suppose,

Quand l'heure du bilan, sonnera ta dernière,

Puisses-tu, sans regret, en fermant tes paupières,

Penser que d'exister, fut une belle chose.
 

Que tu contribuas, sans compter ton labeur,

A ne point abîmer celle qui t'hébergea

Et, sut apprécier ce qu'elle te donna,

Faisant que chaque jour, te fut un vrai bonheur.
 

Ton dernier lit alors, la terre t'offrira

Comme une mère qui, ouvre tout grand ses bras

Pour bercer tendrement, son enfant, sa fierté.
 

Par-dessus ta couche, chauffant tes pauvres os,

Le soleil sourira, afin que les oiseaux

Egayent ton sommeil, jusque l'éternité.

 

Claudie Becques (24/05/08)





Ceci est un premier essai de poésie classique (sonnet)
que je soumets à l'approbation de Stellamaris pour sa communauté "Sonnets et beaux vers"

Partager cet article

Repost 0
Published by Clo - dans Poèmes
commenter cet article

commentaires

Théo 25/05/2008 19:23

:-)) Je m'attache au fond avant la forme -je n'avais même pas remarqué que c'était un sonnet :-))Mais j'avais remarqué qu'il porte bien son titre, car c'est un chemin de sérénité que tu traces, Clo.Et si c'était ça, LE bonheur ?Oui, je crois que c'est ça et que tu es sur son chemin, heureuse Clo !Mes amitiés et belle fête des mères !

Clo 26/05/2008 18:29


Le bonheur devrait être ça en effet Théo, mais dans cette société où "le toujours plus" est roi, on a du mal a se contenter  des joies simples que la vie a elle seule sait nous combler.
Le côté forme a surtout son importance en matière de poésie classique à laquelle j'ai envie de m'essayer, mais mon côté bohême dominera toujours dans mes poèmes, j'en suis convaincue. Merci à toi :
entourée de mes enfants ce fut forcément une jolie fête des mères, et crois-moi si tu veux,  j'ai eu la nostalgie du collier de nouilles qu'ils ne m'offrent plus depuis longtemps ! (rires)
Amicalement. Clo


stellamaris 24/05/2008 22:33

Excuse-moi de ne pas t'avoir fait plus de commentaires constructifs tout à l'heure, mais je suis en vacances pour faire la connaissance de ma fille Lys er j'ai assez peu de connexion internet. Mais je vois que mon ami Darius a comblé mes faiblesses, je le remercie. Il m'a aussi beaucoup apprisToute mon amitié

Clo 26/05/2008 18:44


Tu n'as pas d'excuses à formuler Stellamaris, et je m'en voudrais bien de t'enlever du temps à passer auprès de ta petite Lys.
Je m'étais imaginée bêtement, avoir fait un vrai sonnet., mais Darius m'a démontré que ce n'était pas encore gagné loin de là !
Y parviendrai-je seulement ???
Mais... je m'accroche !
En toute amitié. Clo


Darius hypérion 24/05/2008 15:02

Bonjour,Il est toujours difficile d'aborder quelqu'un et de lui dire "excusez-moi, mais vous faites des fautes, les voici". Rares sont les personnes qui acceptent les critiques ouvertes, beaucoup préfèrent les apartés. Je me permets donc de vous signaler quelques règles classiques afin d'améliorer la versification de votre sonnet. J'espère que cela vous profitera, ainsi, comme vous le faites remarquer, que d'autre personnes s'intéressant au vers régulier.1- La forme du sonnetIl n'y a que deux schémas de rimes reconnus comme formes véritables du sonnet:- le sonnet marotique (du nom de Clément Marot qui acclimata le sonnet en France) : ABBA ABBA CCD EED- le sonnet français imposé par la Pléiade, et qui parfois n'est reconnu que comme seule forme véritable du sonnet :  ABBA ABBA CCD EDEVotre sonnet est de forme irrégulière, puisqu'il ne respecte aucune de ces deux formes. Vos quatrains, par exemple, sont écrits sur quatre rimes, ils ne devraient en comporter que deux.2- le genre des rimesIl existe deux genres de rimes:- les rimes "féminines" qui se terminent par -e, -es, -entex: musée, vie, tu éternues, des femmes, des concombres, ils chantent, ils éternuent- les rimes "masculines" : toutes les autresVous devez alterner les genres des rimes, en veillant à ne pas juxtaposer deux rimes du même genre. Votre premier quatrain ne contient que des rimes féminines, les autres strophes que des rimes masculines.3- le nombre des rimesil existe deux "nombres" de la rime- les rimes plurielles qui se terminent par -s, -x, -z(ex tu chantes, un succès, des chats, la paix, un nez)- les rimes singulières : les autresune rime singulière ne rime pas avec une rime plurielleainsi paupières/lumière  et offrira/bras ne riment pas4- les e muetsen prosodie classique, toutes les syllabes comptent, même les syllabes muettes comme le E de viE.ainsi votre premier vers compte-t-il treize syllabesles mots se terminant par un e muet précédé d'une syllabe (viE, inconnuE, j'éternuE), ne peuvent entrer dans un vers que s'ils sont suivis d'un mot commençant par une voyelle, ou un h muet. Dans ce cas, et seulement dans ce cas, ce type de e muet ne compte pas: cela s'appelle une élision.Par exemple Puisque passe la viE, ainsi qu'un vol sauvage,lorsque l'élision est impossible, par ex. au pluriel, ces mots (inconnuEs, ils éternuEnt) ne peuvent être placés qu'à la rime, en rime féminine dont le e muet ne compte pas.5- l'hiatusl'hiatus (rencontre de deux voyelles sans consonne interposée) est interdit entre deux mots."qui, ouvre" "sourira, afin " à la césure forment des hiatus interdits6- richesse des rimesla richesse de la rime dépend du nombre de sons communs aux syllabes finales des divers mots qui composent la rime. Une rime pauvre ne comporte que la voyelle en communainsi héberga/donna est une rime pauvre,car seul le son a est commun à la rimele sonnet proscrit les rimes pauvresla voyelle doit être au minimum accompagnée d'une consonne pour une rime suffisante (labeur/bonheur, fierté/éternité), et de deux consonnes pour une rime riche (bras/tu sombras)7- césure lyriquela césure est un temps fort du vers, aussi ne peut-on y placer un son faible, en particulier un e muet.il est donc interdit de placer un e muet en sixième syllabe (césure lyrique), car l'on est obligé de l'appuyer bien plus que nécessaire, et l'effet en est désagréable.ainsi Par-dessus ta couchE, chauffant tes pauvres os,comporte une césure lyrique8- les inversionsl'inversion consiste à ne pas respecter l'ordre des éléments de phraseTon dernier lit alors, la terre t'offriraOn dirait normalement "la terre t'offrira alors ton dernier lit"L'inversion est une figure de style très délicate à employer, car elle peut paraître très archaïque voire très maladroite. L'inversion est en général fortement déconseillée.9- la ponctuationattention à la ponctuationvous placez une virgule quasi systématiquement à la césure, même quand cela est inutilepar ex. "Comme une mère qui, ouvre tout grand ses bras"la césure est une pause rythmique du vers, plus faible toutefois que celle de fin de versaussi, une pause trop forte à la césure, notamment par une virgule, coupe le vers en deux, vos alexandrins deviennent des hexasyllabes.cela donne un effet de progression d'hémistiche en hémistiche, quand l'alexandrin doit s'envoler d'un souffle sur ses douze syllabes.Voici pour les remarques principales.Cela pourra certainement paraître long, lourd, et fastidieux, j'en suis désolé. Néanmoins toutes ces règles font la beauté du vers, de la rime et du sonnet. J'espère que cela vous sera utile et que vous en tirerez profit.Je ne peux que vous encourager dans cette voie, et vous remercier de la confiance que vous m'accordez.Très cordialement

Clo 26/05/2008 18:56


Je ne suis pas sûre en effet que j'apprécierai un passage au scalpel d'un poème "cri du coeur", mais là en l'occurrence je vous suis très reconnaissante pour tout ce temps que vous m'avez consacré
en m'expliquant ainsi aussi précisément toutes ces nombreuses maladresses sur ce sonnet dont j'étais pourtant assez fière. (éclat de rire)
 Je vois que ce n'est donc pas gagné et que j'ai encore du pain sur la planche avant d'en faire un acceptable.
Mais, celui qui m'a vu baisser les bras n'est pas encore né, et j'espère très bientôt redéposer pour la communauté de Stellamaris, un sonnet qui soit digne de ce nom.
Merci encore.
Très cordialement. Claudie 


Darius Hypérion 24/05/2008 11:59

Bonjour,Si vous souhaitez de l'aide sur les règles de versification, je peux vous aider. Contactez-moi.Cordialement

Clo 24/05/2008 13:57


Merci Darius pour votre proposition.
Je pense néanmoins qu'une remarque constructive sur le non respect des règles de ce sonnet, aurait été profitable à toute personne souhaitant adhérer à cette communauté qui se veut pour
"Apprentis poètes et poètes amoureux de poésie classique, s'essayant à en suivre les règles" plutôt qu'un aparté.
Cordialement. Clo


stellamaris 24/05/2008 11:06

Très beau poème

Clo 24/05/2008 13:52


Merci Stellamaris.
Pas de "mais" ?
(sourire)