Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 mai 2008 1 05 /05 /mai /2008 16:51


(poème écrit après lecture de  "Ces Dames au chapeaux verts" de Germaine Acremant, un roman dont l'histoire se passe à Saint-Omer - 62)




Les vieilles filles d’antan
Ne connurent jamais d’amants :
Certaines trop ambitieuses
Aspiraient à vie luxueuse ;

D’autres qui cherchaient le renom,
N’ont pas non plus changé de nom ;
Celles qui, fiancées à Dieu,
..................

  

 

Désolée par respect pour ceux qui l'ont acheté pour lire la suite cliquer sur :Trace recto



Claudie Becques


Partager cet article
Repost0

commentaires

S
Magnifique poème, tu retraces leur souffrance discrète avec beaucoup de sensibilité<br /> <br /> Toutes mes amitiés
Répondre
C
<br /> Si j'ai réussi à le faire passer dans le poème, tout le mérite en revient à Germaine Acremant, l'auteure de "Ces dames aux chapeaux verts", qui avait réussi à me mettre le coeur sens dessus,<br /> dessous. Bien amicalement. Clo<br /> <br /> <br />
S
je trouve ce poème très beau
Répondre
C
<br /> J'en suis très heureuse Scooby. Merci.<br /> J'espère que tes problèmes informatiques s'arrangent ?<br /> <br /> <br />
E
Thème très intéressant, traité avec talent.
Répondre
C
<br /> Merci Enriqueta ! Du talent je ne sais pas mais du coeur sûrement !<br /> <br /> <br />
L
Très beau poème !Chapeau bas
Répondre
C
<br /> Merci Marine laslammeuse :)<br /> <br /> <br />
T
Elles sont à plaindre, quelle que soit la raison de ce célibat, forcé ou choisi. On dit que "l'homme", c'est-à-dire la femme aussi bien, n'est pas fait pour vivre seul(e) ... Que de regrets, et pas un seul remords !<br /> Ta dernière strophe, très belle image qui montre bien les ravages de cet état !<br /> <br /> Amitiés Clo
Répondre
C
<br /> Rendons à César ce qui lui appartient, et cette dernière strophe à ... Germaine Acremant, qui fait dire à son héroïne cette phrase plus où moins telle quelle après un long monologue sur sa<br /> souffrance d'être restée vieille fille, et qui m'a ému au point d'en faire ce poème.<br /> Merci Théo de m'avoir permis de préciser cela.<br /> Amicalement.<br /> <br /> <br />