Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 18:20
Texte écrit pour la communauté "Ecriture ludique"
Défi n° 38 proposé par Kildar : Début et fin (phrases en italique)



La petite vieille ratatinée se sentit toute réjouie en voyant ce joli enfant à qui chacun faisait fête, à qui tout le monde voulait plaire, ce joli être, si fragile comme elle, la petite vieille, et, comme elle aussi, sans dents et sans cheveux.

 Elle ne dit pourtant rien.

A quoi bon ? Puisque personne ne l'écoutait plus depuis déjà longtemps.

Sa frêle silhouette transparente aux yeux de tous, se dirigea vers la fenêtre donnant sur le jardin.

Son regard se posa attendri, sur un arbre qui brandissait, victorieux, vers le ciel azuré, ses longs bras décharnés boutonnant comme un adolescent timide.

Demain sous son feuillage courra cet enfant dont les jeux bruyants se mêleront au doux chant des oiseaux.

La petite vieille se dit que l'Homme par la nature n'a pas été doté de ces multiples chances qu'ont les végétaux et que son pauvre tronc à elle, la petite vieille ne renaîtra jamais.

Le sablier du temps s'écoule inexorablement et ce qui naît un jour meurt irrémédiablement, définitivement.

Lorsque s'en vient l'hiver, l'Homme s'endort pour toujours et ne subsiste l'espoir que dans la descendance.

Si de savoir que dans ce tout petit être coulait un peu son sang, elle ne put s'empêcher de penser avec un soupir que ce qui fut merveilleux devient un jour hideux, et que près d'elle aussi, il y a bien des années, on s'était extasié.

Mais, à quoi bon tout ça ? Puisque…


L'étude du beau est un duel où l'artiste crie de frayeur avant d'être vaincu.

Claudie Becques

(Phrases en italique issues des Petits poèmes en prose de "Le Spleen de Paris" de Charles Baudelaire)

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mésange 03/04/2009 04:22

Oui.. "dans ce petit être coulait un peu de son sang...".. Tu sais ma Ch'tite soeur, tout cela me fait beaucoup réfléchir aussi avec de grands soupirs.. Cette citation de Baudelaire illustre merveilleusement bien ton texte.Gros poutoux à toi, moi je tombe de sommeil.. Demain je reviens me replonger dans tes mots et  dans cet univers qui est tient et dans lequel je me sens si bien..Gros becsNad

Clo 03/04/2009 12:39


Merci Ch'tite soeur d'être venue te mirer dans mo miroir...

Ah le temps qui passe ! Source inépuisable d'inspiration !
Gros bisous ma Nad.
Clo


katherine 25/03/2009 14:27

Un texte qui laisse à réfléchir sur le sens de la vie...Bisous Clo

Clo 25/03/2009 20:42


Oui Katherine ce sujet là m'inspire toujours... La roue qui tourne...
Bonne soirée. Bisous. Clo


liedich 24/03/2009 19:15

Mais non tu ne m'as pas  faché ! impossible ou presque ! je veux juste dire que l'on nous dit partout et depuis tout temps que la mort c'est le noir, qui'l n'(y a plus rien, le ciel et le paradis ou l'enfer ! bouhhhh vilain ou bon !!!!sais tu d'où nous venons ? alors comment saurait on où l'on va ! hey, c'est chouette peut être ! on va rigoler, manger du chocolat, boire de l'eau de source ou du bon vin ! Bon, c'est tout.... mais pour aujour'hui.Je n'aimais juste pas te voir apeurée, j'avais sorti mon armure et mon cheval blanc !!!!belle soirée à Toi.

Clo 25/03/2009 09:26


Wouah ! Un prince pour moi toute seule ! Merci Liedich !

Tu as raison, peut-être y a-t-il autre chose de plus merveilleux encore après...
Après tout, si personne n'en revient c'est peut-être justement parce qu'ils veulent se le garder rien que pour eux.

Excellente journée à toi.



scoobydu41 24/03/2009 14:57

un ancien exercice bien réussi

Clo 24/03/2009 18:19


Oui, mais comme il n'avait pas reçu le moindre comm, j'ai "récapépété" comme disait Roland Magdane.


liedich 24/03/2009 10:43

Irrémédiablement, définitivement !!! non. Pourquoi dire cela ! Pour quelles raisons ne pas croire en tout ce que l'on ne voit pas ! pourquoi accepter une issue dont on n'a pas l'après où du moins ce que l'on veut bien nous en dire ?Enfin, je conserve l'écriture de cette page : j'en ai aimé l'écriture.Que ta journée soit douce.

Clo 24/03/2009 18:17


Oh ! Liedich j'aimerai tellement partager cet espoir... Mais seul un vrai poète a ce pouvoir...
Moi je ne suis qu'une pauvre scribouillarde terre-à-terre.
Bonne soirée à toi et excuse-moi si je t'ai fâché.
Clo