Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2008 6 19 /04 /avril /2008 15:40
Texte écrit pour la Petite Fabrique d'Ecriture, dans le cadre de la consigne du 16 au 29 Avril, pour parler d'un vêtement porté, adoré, puis détesté...




In the town where I was born…
Oh, my god… mon Dieu !
Voilà ce que c’est que de remonter dans le temps de plus de trente années.
Comment vais-je maintenant libérer mon esprit de cette chanson qui m’obsède, comme ce matin là ?

"We all live in our yellow submarine,
Yellow submarine, yellow submarine…"

Dans la ville, donc disais-je, ou plutôt le département du Pas de calais où je suis née, l’année scolaire de 3ème se clôturait immanquablement –après le passage du brevet- par une excursion d’une journée à Londres, via le bateau.

Bien sûr il fallait au préalable fournir l’accord parental écrit ainsi qu’une participation financière pour payer le bateau, l’autocar étant gracieusement pris en charge par la commune.

Je crois bien n’avoir vécu ces quatre années de collège que pour ce fameux voyage au pays des Beatles : Big Ben, Picadilly Circus, Trafalgar Square, Buckingham Palace, Westminster Abbaye, St-James’S Park…
Que n’ai-je tant de fois fait ce trajet en rêve !

Maman, intraitable avait exigé que je sois dans les cinq premières de la classe (Eh oui, nous étions encore classées à cette époque !).
Je n’étais pas mauvaise élève, mais un petit peloton de tête de 5 à 6 camarades me distançait toujours de quelques dixièmes de points.
Mais l’enjeu était tel que je ne comptai pas, lors de ce dernier trimestre, le temps passé sur mes leçons et mes devoirs pour relever le défi et obtenir ainsi la signature maternelle. "Quand on veut, on peut, disait-elle". Elle avait raison, puisque à force de courage et de ténacité, j’ai pu décrocher la cinquième place et donc l’autorisation et le chèque pour aller à Londres.
 
J’étais tellement heureuse que je n’avais pu fermer l’œil de la nuit et c’est bien avant la sonnerie du réveil que je me levai, impatiente d’aller annoncer la bonne nouvelle aux copines et remettre les précieux documents au professeur principal.

Tandis que je faisais l’inventaire de mes vêtements les plus "branchés" à porter lors de ce voyage, mon pantalon jaune aux motifs écossais, gris et bleu marine me parut le plus indiqué pour ce périple britannique.

Il était dans le panier de linge propre que maman devait repasser lorsque je serai en classe, mais comme j’étais matinale, pourquoi ne pas le faire moi-même et soulager ainsi ma mère de cette tâche ardue ?

En ce temps-là, nous ne disposions pas de table à repasser.
Nous installions une épaisse couverture pliée en deux et doublée d’un vieux morceau de drap sur la table de cuisine en formica, et cela faisait fort bien l’affaire ; quant aux entournures un peu délicates des chemises, nous les faisions glisser sur une "jeannette" et disparaître les plis à l’aide d’une patte-mouille.

Or ne lésinant pas sur les moyens de montrer ma reconnaissance, j’avais déjà dressé sur la table de cuisine les bols à déjeuner, le pain, le beurre et la confiture…

J’enlevai avec soin la soupière de faïence et la jolie nappe de dentelle et c’est donc sur la table de salle à manger que je m’installai pour repasser mon pantalon, en insistant vigoureusement sur le pli que je voulais impeccable pour l’occasion.

Le résultat était je dois le dire, plus que probant, et j’avais d’autant plus toutes les raisons d’être fière de mon œuvre, que c’était la première fois que je prenais le fer dans les mains.

Après l’avoir déposé sur le rebord de l’évier de la cuisine, je posai délicatement le vêtement sur le dossier d’une chaise et repliai la couverture, ce qui me permit de découvrir avec horreur, une énorme trace blanche de la forme du fer sur la magnifique table en bois rustique.
En larmes, j’y appliquai immédiatement de la cire en espérant voir la tâche disparaître… Peine perdue !

Je savais qu’avec maman, faute avouée est à moitié pardonnée, j’allai donc, avec des yeux d’épagneul privé de chasse, la réveiller et lui annoncer mon méfait.
Elle enfila son peignoir et ses pantoufles sans hâte et sans parole, ce qui me parut être bon signe, et descendit constater les dégâts.
Elle dit simplement en soupirant "ce qui est fait est fait", et moi je me sentis tout à coup respirer mieux, l’espace d’un instant… d’un très court instant.

Je la vis ouvrir mon cartable et y prendre dans le carnet de correspondance, l’autorisation et le chèque et les déchirer devant mes yeux en disant "I am sorry mais l’Angleterre, ce sera pour une prochaine fois !"

Je n’ai plus jamais porté ce maudit pantalon que j’ai tant haï, et ce n’est que plus de quinze ans plus tard que j’ai eu l’occasion d’aller à Londres.

Aujourd’hui encore, quand je m’installe le fer à la main devant ma table à repasser, j’avoue que de temps en temps, l’image d’un sous-marin jaune s’enfonçant dans la Mer du Nord, embue toujours mes yeux…

"We all live in our yellow submarine,
Yellow submarine, yellow submarine…"  


Claudie Becques



Partager cet article

Repost 0
Published by Claudie Becques - dans Nouvelles
commenter cet article

commentaires

Théo 28/04/2008 19:00

Mon plus beau souvenir de Londres : quand je suis descendu au "Sherlock Holmes hotel", moi, fan de polar ! :))

Les bords de la Tamise, big Ben, le musée de Mdame Tussaud ... Et les pelouses impeccables, partout ! Pour un peu, on aimerait les anglais tellement ils ont bon goût :)))

Clo 29/04/2008 11:09



Les excursions que j'ai pu  faire à Londres étaient d'une seule journée et ce qui
m'impressionnais le plus c'est que tous les clichés que j'en avais donc au collège, sont toujours valables : les autobus à impériale, les cabines téléphoniques, la relève de la garde etc… alors
là-bas j'ai l'impression d'être hors du temps, d'où la magie ressentie.


Par contre au niveau d'un souvenir bien précis c'est à St-James'S Park où des petits écureuils venaient manger dans la main de mon
fils, émerveillé.


Merci à toi d'être repassé sur ce texte, et de me réveiller tous ces souvenirs.


Amicalement. Clo



Théo 28/04/2008 15:34

Ma pauvre Clo, c'est trop cruel !!!! Et tu ne l'avais même pas fait exprès :)) J'espère que depuis, tu as pu réparer et découvrir Londres -belle ville !
Ca me conforte dans mon refus de repasser mes chemises (j'ai essayé, mais je ne te dis pas les faux-plis); il est vrai que je n'ai pas de pantalon jaune ... :)))

Amitiés, Chti-Clo

Clo 28/04/2008 16:06


Eclat de rire !
Que veux-tu j'ai toujours été trop impatiente ! Pour une fois que j'ai voulu faire une tâche ménagère à cet âge ingrat qu'est l'adolescence !
Rien n'a changé quand je crois faire une bonne action ça tourne toujours au fiasco.
Je crois que je vais défintivement me la couler douce ! ;)
Londres c'est ma ville magique ! J'y suis allée 3 fois lors de ces quinze dernières années.
Je ne peux pas expliquer ce qui m'attire en elle !
Merci de ton passage Théo.
Amicalement. Clo


topotore 21/04/2008 22:50

Souvenir d'enfance bien marqué. Avec nos yeux d'adulte, nous saisissons ce moment où la découverte de l'injustice des parents fait mal parce qu'elle ternit leur image idéalisée. La nouvelle que je prépare sur cette expérience perso se nomme "Les grottes d'Arcy". Merci Clo.

Clo 22/04/2008 16:45


J'aime beaucoup ton analyse Topore. A bientôt dans tes grottes alors !
Merci à toi pour ce passage sur Litterrances.


Enriqueta 20/04/2008 22:43

Oh! Mais c'est horrible! Je ne ferai jamais ça à ma fille!

Claudie Becques 21/04/2008 11:14


Je te rassure moi non plus Enriqueta. J'ai promis énormément de punitions à mes enfants que je n'ai jamais tenues, parce qu'elles m'auraient fait sûrement plus de mal qu'à eux !
(sourire)


Martine27 20/04/2008 10:26

J'ai mis un commentaire sur chez Azacamopol. Pas de doute nous avons eu des mères fabriquées sur le même modèle

Claudie Becques 21/04/2008 11:12


Hi, hi, hi... Sans doute sommes-nous de la même génération !
Merci Martine.
Clo