Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 avril 2008 3 09 /04 /avril /2008 14:20
(Retranscription des Légendes de mon Pays )

Reuze Papa
 


 Je vous parle d’un temps où l’eau régnait en maître dans cette région qu’est aujourd’hui la Flandre.

Les habitants de cette contrée vivaient du produit de leur pêche et construisaient leurs cabanes et leurs bateaux avec le bois de la forêt, et trouvaient refuge au pied des collines de l’Artois, contre les envahisseurs.

Au beau milieu d’un marais, qui donna son nom à Bourbourg, des Flamands qui recousaient leurs filets, découvrirent un navire échoué sur le rivage sablonneux au golfe de l’Aa.

Les plus vaillants le rejoignirent en barque, pour y découvrir étendu sur toute la longueur du pont, un géant très effrayant malgré son inconscience.

Nos ancêtres au grand coeur, bien que terrifiés ranimèrent le Reuze.

Ce dernier, reconnaissant, leur demanda de le conduire en leurs maisons.

Certes, quoique de nature hospitalière, les Flamands très gênés, lui firent comprendre que leurs embarcations et leurs habitations n’étaient pas tout à fait aux normes du géant, ce qui le fit éclater de rire.

Il plongea alors son immense bras dans le marais et remonta quantité considérable de sable qui devint un mont, et ce autant de fois qu’il le fallut, pour lui permettre de débarquer sur de la terre ferme.

Pour s’être en quelque sorte comporté en père pour eux, les Flamands surnommèrent le géant : Reuze Papa, qui leur avait ainsi offert Cassel, le Mont des Cats, le Mont Noir, le Mont Rouge et le Mont Kemmel, dont ils purent couvrir les pentes de cultures et y construire de jolies chaumières.

Ils aménagèrent également de charmants petits ports au bord de la Mer du Nord, désormais plus accueillante.

Après tant de labeur, ils s’octroyèrent enfin un jour de fête bien mérité.

Un joyeux banquet fut dressé et hommes et femmes tornoyèrent autour du géant en une sarabande.

Un matin pourtant, le Reuze disparut, et ils crurent vraiment qu’il les avait abandonnés.

Le coeur lourd, ils s’employèrent sans y parvenir à repousser la mer, qui grignotait à nouveau les rivages et engloutissait leurs terres.

Et puis, un jour, un très long navire le ramena enfin, avec une superbe géante : Reuze-Maman.

Le couple aida les flamands à poser autour des monts les énormes pierres rapportées de leurs contrées nordiques.

Ils construisirent de grandes digues, creusèrent et aménagèrent le sol pour que toutes les eaux s’y coulent naturellement en Becques* et Watergangs* pour draîner la Flandre rendue ainsi propice à la culture et à l’élevage sur de verdoyantes prairies.

Il ne reste de cette jolie légende que les monts précités, et que la liesse du peuple flamand, qui, à Cassel, chaque lundi de Pâques, fête les Reuzes, leurs géants fondateurs.


Claudie Becques

*cours d’eau







Partager cet article

Repost 0
Published by Claudie Becques - dans Ma région
commenter cet article

commentaires