Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juillet 2008 7 13 /07 /juillet /2008 08:15


Rien qu’une perce-neige
Sur ton coeur glacé,
Un petit arc-en-ciel
Dans ton regard de pluie,
Une bouffée de vie
Sur l’agonie de ton âme,
Une infime étincelle
Enfouie sous la cendre,
Moi, petit rien du tout
Devant l’immensité de ta peine,
Je serai
Souffle-douceur,
Pour toi,
Souffre-douleur.

 

Claudie Becques

Partager cet article

Repost 0
Published by Claudie Becques - dans Poèmes
commenter cet article

commentaires

andré 19/07/2008 08:30

C'est très joliment dit ! Bravo et bonne journéeAmicalementAndré

Clo 22/07/2008 20:16


Merci André c'est très gentil


liedich 16/07/2008 09:54

Je suis revenu pour le relire ! il est trop beau, trop doux celui là. J'avais besoin d'un souffle ce matin ! merci à toi.

Clo 16/07/2008 18:26


C'est vraiment trop sympa Liedich !
J'ai peu de temps pour le web en ce moment, mais j'espère bientôt pourvoir me libérer un peu de temps libre.
Mille mercis à toi. Clo


Quichottine :0010: 14/07/2008 00:30

J'aime bien l'idée d'un "souffle douceur"... ... Je passais en suivant des liens, je suis contente de m'être arrêtée.

Clo 16/07/2008 18:19


Et moi je suis contente aussi que tu t'y sois arrêtée. Merci beaucoup Quichotine.


Ombrage 13/07/2008 18:10

ce que je trouve remarquable dans ce poème "dialogue" entre la douceur donnée et le besoin ressenti, c'est le décalage de rythme entre les deux tymes de vers qui sert le récit de manière splendide.C'est superbe clo.

Clo 13/07/2008 20:49


Tu es trop gentil Valter.
Mille mercis à toi.
Amicalement.
Clo


Moun 13/07/2008 15:54

Vive la générosité du coeur et l'amour de son prochain ! Un peu de douceur pour ceux qui en manquent et il y en a.. des qu'on montre à la télé et tous les autres qui souffrent en silence, qui cachent leurs peines et les difficultés de leur vie.Mes amitiés et attention au genou si tu vas guincher ce soir :o)

Clo 13/07/2008 20:48


Oui Moun, celui qui se plaint le plus n'est pas forcément le plus malmené par la vie.
Il y a souvent chez ceux qui se taisent une immense pudeur ou pire de la honte, un peu comme s'ils étaient responsables de ceux qui leur arrive.

C'est à ceux-là que ces mots s'adressent en premier... et accessoirement aux passagers de Litterrances en proie à un petit coup de "mou". (sourire)

Ah, ça ira, ça ira... pas du tout pour le petit bal du 14 juillet pour moi Moun, un petit resto ce midi en famille aura suffit, je rock'nrollerai ou javaterai un autre jour :o))).
Amicalement. Clo