Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 15:30


 


 

 

 

 

 

 

 

Ce texte figure dans  :Trace recto
 

Claudie Becques 

 

 

 

 

A l’horloge de la vie

Les heures passent plus lentement

Suivant l’âge de celui

Qui en suit le mouvement.

 

Le petit Lulu, assis au fond de la classe, près du radiateur, mâchonne son crayon.

Il suit attentivement des yeux la danse folle de la mouche  qui voudrait jouer les passe-murailles avec la vitre, pour rejoindre le ciel.

Les minutes qui le séparent de la récréation sont interminables.

Le rêve de Lulu ? Grandir... Pour faire ce qui lui  plaira.

                                                                                                                                        

A l’horloge de la vie

Les heures passent plus lentement

Suivant l’âge de celui

Qui en suit le mouvement.

 

Sophie rentre du travail, les bras chargés de commissions achetées en vitesse.

Un coup d'œil sur sa montre... Déjà ! Vite, passer prendre les petits chez la voisine, vérifier leurs devoirs, préparer le repas, mettre une lessive en route, manger, donner le bain et coucher les enfants. Pour se détendre un peu, elle pourra, devant la télévision, repasser les quelques habits secs du séchoir de la salle de bains. Elle aurait encore tant à faire... La journée est trop courte.

 

A l’horloge de la vie

Les heures passent plus lentement

Suivant l’âge de celui

Qui en suit le mouvement.

 

Aline et Eugène sont assis côte à côte sur la banquette.

Après le journal de 13 heures, ils se sont concentrés sur leurs mots croisés en écoutant un petit air d'accordéon.

17 heures. Aline se lève pour aller chercher le café et les petits gâteaux.

C'est l'heure "Des chiffres et des lettres". Ensuite, ce sera "Questions pour un champion".

En vieillissant, il faut cultiver sa mémoire !

Les enfants n'ont pas téléphoné. Ils ne passeront donc pas ce soir.

Alors, ils iront se coucher, comme d'habitude à 20h30.

 

 

A l’horloge de la vie

Les heures passent plus lentement

Suivant l’âge de celui

Qui en suit le mouvement.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Claudie Becques - dans Poèmes
commenter cet article

commentaires

hicham 30/05/2008 12:49

Guère engageante comme perspective de vie.Moment de blues?Ne plus penser au tempsSavourer chaque momentOublier l'âge de nos artèresTout est si éphémère...

Clo 30/05/2008 15:20


Tu as tout compris Hicham, en l'occurrence la vieillesse est une situation inévitable, alors sachons profiter des saisons qui la précède !


scoobydu41 29/05/2008 15:41

le temps a beau passé, les activités sont toujours les mêmes d'années en années

Clo 29/05/2008 18:01



Certes... Mais le rythme change !
Merci à toi d'avoir pris le temps de déposer ces mots.



sarang 29/05/2008 13:58

C'est une très belle poésie sur le temps et nos moments à tous de la vie.J'aime bcp cet enfant qui rêvasse aux cours, avec le désir de vite grandir et de croire qu'en étant grand, on a le droit de tout faire.A bientôt...car avec le temps ;)

Clo 29/05/2008 15:21


Merci d'avoir pris celui de me laisser une trace de ton passage sur mes errances.
A bientôt Sarang.


topotore 28/05/2008 23:09

Je n'ai pas vu le temps passer. Je n'ai pas su le faire durer. Pour un temps, à te lire je respire, j'inspire, encore un temps, pourtant long, avant l'expire. Je déguste le temps qui s'arrête là, je peux en faire un temps fou pour peu que j'évite de le voir s'étirer sur le cadran. "Tant à faire" au risque de la perdre. Bravo

Clo 29/05/2008 15:19



Il me semble en effet que nous avons cet état d'esprit en commun que de vouloir prendre le temps de savourer chaque seconde de la vie, aux différents rythmes que nous imposent l'âge et les
contraintes de tout ce qui nous entoure.
Il faut savoir s'aménager des plages horaires de plénitude et s'arrêter le temps de regarder, lire, écrire, partager pour éviter les regrets, et marquer notre passage avant que nos yeux
baissent les rideaux.
Merci à toi. Clo 



stellamaris 28/05/2008 20:56

Superbe ! Absolument magnifique ton poème sur le temps qui passe, il m'a beaucoup touché. Bravo !

Clo 29/05/2008 13:31


C'est là un exemple de ressenti pur, qui se moque un peu du respect de la versification.
Je suis heureuse que ce poème t'ait néanmoins touché. Amicalement. Clo