Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2008 1 17 /03 /mars /2008 14:03
Le héros de Jules Mousseron prend forme grâce à Frédérick Maslanka et Rémy Mabesoone
 
Le blog officiel :  http://cafougnette.canalblog.com/

   
 

Cafougnette1.jpg

 

cafougnette2.jpg

Photo de la couverture du Tome 1
de la Bande dessinée
dans les bacs des grandes surfaces
 
La photo de la couverture du Tome2
qui doit sortir en novembre 2006 et qui m'a gentiment été prêtée par
F. Maslanka en exclusivité pour Litterrances.
 

Une histoire de Zeph Cafougnette
 écrite par Jules MOUSSERON :
Récolte miraculeuse

 

L'œuvre originale en patois écrite
par Jules MOUSSERON
 
La traduction par mes soins pour
une compréhension par tous
 
Comm’ Cafougnette i-armet del tierre
Et qu’i l’ cultiv’ cor assez bin,
Pou li avoir des gros peun’s-tierre
Y-arniquell’ toudis à s’ gardin.
Comme Cafougnette travaille la terre
Et qu’il cultive encore assez bien
Pour récolter de grosses pomme de terre
Il est toujours affairé dans son jardin.
L’autr’ jour, - l’ conseil n’est point baroque, -
In li-avot dit d’ mettr’, comm’ fumier,
Un bout d’étoffe, un morciau d’ loque,
Dins chaqu’ motte’ dûss’ qu’i d’vot planter.
L’autre jour, l’idée n’est point baroque,
On lui avait dit de mettre en guise de fumier
Un bout d’étoffe, un morceau de loque
Dans chaque motte de ce qu’il voulait planter.
Cafougnett', fin contint d' l'arcette,
S'in va cacher des vieux chiffons.
Chaqu' jour y-in ramasse eun' mand'lette
Dins les moncheaux d' chindr' du coron.
Cafougnette, très content de la recette,         
S'en va chercher des vieux chiffons.                        
Chaque jour une corbeille, il en collecte
Dans les monceaux de cendres du coron
Et quand Zeph plant’ ses pétotes
Sitôt passés les derniers froids,
Il instiqu’ sous tierre, à chaqu’ motte,
Un bout d’ loque comme un Riz-Lacroix.
Quand Zeph plante donc ses pommes de terre
Sitôt passés les derniers froids
Il enfonçe sous terre, à chaque motte
Un bout de loque comme un Riz-Lacroix.
 I s' dit : « In va vir queu nouvelle ! »
Et i n'a point planté d' huit jours
- Qu'i faich' biau temps au bin qu'i gèle -
Qu' dé s' gardin, l' matin, i fait l' tour.
Il se dit : "On va voir quelle nouvelle !"
Et il n'a pas planté de huit jours
- Qu'il fasse beau temps ou qu'il neige-
Que de son jardin, le matin, il fait le tour.
Infin i vot pointer l' verdure.
L' brav' Cafougnette i s' réjouit.
Comm' les feuill's sont sont d'eun' bell' vénure,
Es' figure all' s'épanouit.
Enfin il voit pointer du feuillage
Le brave Cafougnette s'en réjouit.
Comme les feuilles augurent un bon présage
Sa figure s'épanouit.
Les Pâqu’s arriv’nt dins l’intervalle,
Et l’ Zeph i met sin grand gilet
Pour d’aller trois jours à l’ noc’ Chales,
Un d’ ses cousins, dins l’ Pas-d’-Calais.
Les Pâques arrivent dans l’intervalle,
Et Zeph met son grand gilet
Pour aller trois jours à la noce de Charles,
Un de ses cousins, dans le Pas-de-Calais.
S’ femm’ fait s’ lessiv’ pindant c’ voyache,
Et s’ sert du gardin comm’ curoir.
Quand Cafougnett’ r’vient du mariache,
S’ parc ed’ peun’s-tierre i-est plein d’ mouchoirs.
Sa femme fait la lessive pendant son voyage,
Et se sert du jardin comme étendoir.
Quand Cafougnette revient du mariage
Son parc de pommes de terre est plein de mouchoirs.
In arrivant, s’ première affaire,
Sans mêm’ r’tirer s’ capiau-montant,
Ch’est d’aller vir à ses peun’s-tierre.
S’ parc i-est couvert ed’ carrés blancs :
En arrivant, sa première affaire,
Sans même retirer son chapeau montant,
C’est d’aller voir ses pommes de terre.
Son parc est couvert de carrés blancs :
« Eh bin ! Cha va ! cri’ Cafougnette.
Ah ! ch’est des mouchoirs qu’i-a poussé !
C’ cop-chi, femm’, not’ fortune est faite.
J’ les conserv’ pou les arpiquer.
"Eh, bien ! Cà va ! Crie Cafougnette.
Ah ! Ce sont des mouchoirs qui ont poussé !
Cette fois-ci, femme, notre fortune est faite.
Je les conserve pour les repiquer.
Si d’un bout d’ loqu’ qui s’effiloche
In obtient d’ parels résultats,
In r’plantant ces mouchoirs dé poche,
L’anné’ qui vient, j’arai des draps ! »
Si d’un bout de loque qui s’effiloche
On obtient de pareils résultats,
En replantant ces mouchoirs de poche,
L’année qui vient, j’aurai des draps !"
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Claudie Becques - dans Ma région
commenter cet article

commentaires

maya1151 21/12/2009 09:32


Ben moi je suis du pas de calais depuis ma naissance et pour rien au monde je changerai de coin suis née a labuissière puis j'ai vécu 18 ans a bucquoy près de bapaume et depuis je vis a noyelle
godault .

bisous maya1151